|

Ethiopie: deux employés de la BAD arrêtés, l'institution dénonce un "grave incident diplomatique"

Deux employés de la Banque africaine de Développement (BAD) en Ethiopie ont récemment été "illégalement" détenus et "agressés physiquement" par des membres des forces de sécurité, selon la BAD, qui dénonce jeudi un "incident diplomatique très grave".

18:53 - 16/11/2023 Perşembe
MAJ: 19:27 - 16/11/2023 Perşembe
AFP
Crédit photo: X
Crédit photo: X
"Le 31 octobre 2023, deux employés du Groupe Banque africaine de Développement basés à Addis Abeba ont été illégalement arrêtés, agressés physiquement et détenus durant plusieurs heures par des éléments des forces de sécurité sans explication officielle"
, dénonce la Banque dans un communiqué publié plus de deux semaines après les faits.

La BAD ne précise pas l'identité des victimes, mais selon des sources diplomatiques à Addis Abeba, l'une d'elles est son directeur en Ethiopie Abdul Kamara, par ailleurs directeur général adjoint pour l’Afrique de l’Est, qui a quitté le pays après cet incident.

"C'est vrai"
que M. Kamara a quitté l'Ethiopie après avoir été agressé, a déclaré à l'AFP un diplomate interrogé à ce sujet début novembre, ce qu'a confirmé une autre source diplomatique. Un membre de la BAD interrogé par l'AFP a refusé de démentir ou de confirmer.

Le service communication de la BAD n'a pas répondu dans l'immédiat à un courrier électronique adressé par l'AFP, et M. Kamara était injoignable.


Dans son communiqué, la BAD se félicite de
"l'intervention immédiate"
du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui a, selon elle, ordonné la libération sur-le-champ des personnes concernées et promis une enquête, mais elle souligne qu'il
"s'agit d'un incident diplomatique très grave".

Les gouverneurs de l'institution financière, ainsi que les administrateurs, fonctionnaires et agents, bénéficient des immunités et privilèges diplomatiques.


Selon la BAD, qui dit avoir adressé une plainte officielle aux autorités éthiopiennes, celles-ci ont
"reconnu la gravité de l'incident et assuré que ceux ayant enfreint la loi seraient (...) traduits en justice".

La Banque africaine de développement assure que
"l'incident n'a pas eu de répercussions sur ses opérations en Ethiopie"
, et le ministère éthiopien des Affaires étrangères a démenti jeudi la fermeture du bureau de la BAD en Ethiopie.

"Aucun bureau (de la BAD) n'a fermé"
, a assuré le porte-parole du ministère Meles Alem, interrogé à ce sujet lors de son point de presse hebdomadaire.

"Le récent incident n'a pas dégradé les liens"
entre l'Ethiopie et la BAD, a-t-il affirmé, évoquant
"un incident isolé"
, sans autre détail.
"Je pense que c'est assez"
d'informations, a-t-il conclu.

La BAD a été créée en 1964 pour financer les efforts de développement en Afrique. Outre les pays de l'Union africaine, en sont membres une vingtaine d'États non-africains, notamment les États-Unis, la Chine, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon ou l'Inde.


À lire également:




#Ethiopie
#Afrique
#BAD
#Banque africaine de développement (BAD)
#gouvernement
#diplomatie
#développement
#incident
5 ay önce