|

L'Allemagne veut faire de son armée "la colonne vertébrale" de la défense en Europe

Le ministre allemand de la Défense a promis jeudi de faire de la Bundeswehr "la colonne vertébrale de la défense collective en Europe", présentant de nouvelles directives sur fond de guerre entre l'Ukraine et la Russie.

La rédaction
10:54 - 10/11/2023 Cuma
MAJ: 11:40 - 10/11/2023 Cuma
AFP
Crédit photo: INA FASSBENDER / AFP
Crédit photo: INA FASSBENDER / AFP
Le ministre, Boris Pistorius, a affirmé que
"les partenaires de l'Allemagne en Europe, en Amérique du nord et dans le monde"
attendent
"que nous prenions nos responsabilités"
, lors d'une conférence à Berlin.

Les dernières directives de l'armée allemande dataient de 2011. 


Dans le document de 19 pages présenté jeudi, il est écrit que la Bundeswehr devait être
"bien équipée pour la guerre dans tous les domaines"
, un terme déjà employé récemment par Pistorius et qui a suscité la controverse en Allemagne.

Avec
"l'invasion brutale"
par la Russie de l'Ukraine, la guerre
"est revenue en Europe"
, a-t-il constaté.

Dans ses lignes directrices, le gouvernement insiste pour que la Bundeswehr soit également capable de s'engager sur la scène internationale, comme elle l'a fait dans les Balkans de l'Ouest et dans la région du Sahel.  


Sur fond de conflit au Proche Orient, Berlin précise également:
"une importance particulière est donnée au droit d'Israël à exister. La sécurité d'Israël est une raison d'État"
pour l'Allemagne.

Ces ambitions ont un prix: le gouvernement allemand rappelle qu'il sera
"nécessaire"
de consacrer au minimum 2% du PIB pour les dépenses militaires pour se conformer aux objectifs de l'Otan.

La part des dépenses militaires était de 5% du PIB allemand dans les années 1960 puis est descendue sous les 2% depuis 1990 et l'éclatement de l'URSS, avec seulement 1,3% en 2021. 


Or pour l'instant rien est acquis. En janvier dernier, Pistorius avait alerté sur le fait que le fonds spécial de 100 milliards d'euros, annoncé par Olaf Scholz après le début du conflit russo-ukrainien et destiné à moderniser l'armée allemande,
"ne suffirait pas"
.

L'engagement à revenir à 2%
"signifie de passer d'environ 50 milliards d'euros de dépenses militaires annuelles à 70 voir 75 milliards sur une base durable"
, observait récemment Pieter Wezeman de l'Institut Sipri.

À lire également:




#Allemagne
#Bundeswehr
#Défense
#Armée
#Europe
#Dépenses militaires
#OTAN
#Conflit
#Budget
5 ay önce