|

Le sombre héritage historique de l'Occident: la traite des esclaves en Afrique

Pendant la période de la traite négrière qui a duré environ 400 ans, les puissances occidentales ont transporté des millions d'Africains sur des navires négriers transatlantiques vers les régions qu'ils appelaient le "Nouveau Monde" pour les soumettre au travail forcé.

09:53 - 3/12/2023 dimanche
AA
Cette photographie prise le 13 septembre 2021 à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, montre une statue créée par le sculpteur haïtien Caymitte Woodly, représentant Modeste Testas, une esclave achetée par deux frères bordelais au XVIIIe siècle puis répudié, avant son inauguration lors de la Journée nationale de l'abolition de la traite négrière et de l'esclavage.
Crédit Photo : Philippe LOPEZ / AFP
Cette photographie prise le 13 septembre 2021 à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, montre une statue créée par le sculpteur haïtien Caymitte Woodly, représentant Modeste Testas, une esclave achetée par deux frères bordelais au XVIIIe siècle puis répudié, avant son inauguration lors de la Journée nationale de l'abolition de la traite négrière et de l'esclavage.
Le 2 décembre 1949, les Nations unies ont adopté une résolution visant à abolir les formes contemporaines ou modernes d'esclavage, considérées comme des formes d'
"exploitation humaine"
, telles que la traite des êtres humains, l'exploitation sexuelle, le travail des enfants et le mariage forcé.

Pendant de nombreuses années, l'Afrique de l'Ouest a été la principale source de la traite des esclaves. De nombreux pays occidentaux ont toutefois élargi leurs frontières coloniales, transportant des milliers de personnes des ports d'Afrique de l'Est et d'Afrique du Sud vers le "Nouveau Monde".


Bien que l'histoire de l'humanité ait été marquée par de nombreux épisodes d'échanges d'esclaves sur de longues distances, aucun d'entre eux n'a atteint l'ampleur de la
"traite transatlantique".

Entre le début des années 1500 et les années 1860, les puissances occidentales ont acheminé environ 25 à 30 millions de personnes à travers l'océan Atlantique dans le cadre de la traite transatlantique des esclaves.


Ces chiffres n'incluent pas les millions de personnes qui sont mortes pendant le périple de l'intérieur vers la côte, ni celles qui ont été tuées en raison de leur résistance ou de leur révolte avant, pendant ou après le périple.


Le Portugal, architecte de la traite transatlantique des esclaves


L'histoire de l'esclavage en Afrique du Nord remonte à l'Égypte antique. En 1558-1080 avant J.-C., un grand nombre d'Africains ont été capturés comme prisonniers de guerre, emmenés dans la vallée du Nil et vendus comme domestiques à de riches familles. Le système d'esclavage s'est poursuivi sous l'Empire romain.


La traite massive des esclaves en Afrique a été lancée par le Portugal à la fin du 15ème siècle.

Avec la découverte et l'occupation de l'Amérique, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France se sont également lancés dans la course à la traite des esclaves en Afrique. Les navires partant d'Europe et d'Amérique ont utilisé les ports du Bénin, du Ghana, du Sénégal, de la Gambie, du Congo, du Nigeria et de l'Angola comme centres de traite pour transporter les esclaves vers le Nouveau Monde.


Les Espagnols et les Portugais ont joué un rôle de premier plan dans le transport des esclaves, avant d'être rejoints par les Pays-Bas et l'Angleterre au cours des siècles suivants.


Transportés depuis les côtes d'Afrique de l'Ouest, les esclaves se retrouvaient souvent au Brésil, dans les îles des Caraïbes ou en Amérique du Nord.


Les traitements inhumains infligés aux esclaves, tant au cours de leurs voyages que dans les pays coloniaux, ont entraîné une multiplication des réactions contre le fléau.
Une loi promulguée le 1er mars 1807 a interdit la pratique de l'esclavage en Angleterre.

Vingt-cinq esclaves pour un cheval


Environ 50 000 esclaves ont été vendus sur les marchés d'Italie, d'Espagne et du Portugal au début du 17è siècle. À cette époque, les marchands d'esclaves vendaient 25 à 30 esclaves pour un cheval.


Près de 38 % des esclaves emmenés par les colons d'Afrique vers le Nouveau Monde entre 1580 et 1760 ont été contraints de travailler au Brésil. Près de 9 millions d'Africains emmenés dans des pays d'Amérique latine tels que le Brésil et Cuba ont travaillé dans des conditions inhumaines.


Au 17ème siècle, les commerçants français ont commencé à transporter des esclaves depuis l'Afrique centrale et l'Afrique de l'Ouest et ont ensuite établi des bases commerciales à Madagascar, en Afrique de l'Est. Aux 17ème et 18ème siècles, les Français ont transporté de Madagascar la majorité des esclaves arrivés à l'île Maurice et à l'île de la Réunion.


Les Français ont transporté environ 2 millions d'esclaves.

Des millions d'Africains vendus via l'île de Gorée


Les Portugais ont ouvert l'île de Gorée à la colonisation en 1450 en y construisant une petite église en pierre. Cette île est devenue l'une des plus importantes stations de traite d'esclaves en Afrique de l'Ouest.


Des millions d'esclaves ont été maintenus en captivité dans des maisons d'esclaves sur l'île jusqu'à ce qu'ils soient emmenés par bateau pour la traversée de l'océan Atlantique.


Des milliers d'esclaves ont été transportés de l'île de Gorée vers l'Europe et l'Amérique du Sud, où certains ont été vendus sur les marchés aux esclaves pour un kilogramme de riz ou de pommes de terre, tandis que d'autres ont été employés dans la construction et les travaux domestiques.


Des millions d'Africains ont également été achetés et vendus comme esclaves sur l'île de Gorée.


Rio de Janeiro - Luanda - Rio de Janeiro : la plus grande route de la traite des esclaves


Il est communément admis que les navires négriers ont suivi une route triangulaire passant par l'Europe, l'Afrique, et les Amériques. Cependant, des milliers de voyages d'esclaves ont commencé en Amérique, se sont poursuivis en Afrique et sont revenus en Amérique.


Le trajet Rio de Janeiro (Brésil) - Luanda (Angola) - Rio de Janeiro, constituait le plus grand itinéraire de toute la traite des esclaves.
D'autres expéditions partaient de ports américains tels que Newport (Rhode Island) et Charleston (Caroline du Sud), et les esclaves étaient amenés aux États-Unis lors des voyages de retour.

Le commerce triangulaire des esclaves entre l'Afrique, l'Europe et les Amériques a été pratiqué pendant des siècles par les Français, les Portugais, les Britanniques et les Néerlandais.

Les matières premières en provenance d'Europe étaient déversées sur la côte ouest de l'Afrique, tandis que les esclaves étaient transportés de là pour travailler dans les terres agricoles américaines.


En Afrique, les Britanniques livraient des marchandises demandées telles que des tissus, du cuivre et de la poudre à canon, et achetaient des esclaves en échange. Ces esclaves étaient ensuite transférés dans les îles des Caraïbes et dans les colonies d'Amérique.


Les Pays-Bas, premier pays à établir une colonie en Afrique du Sud


Les Pays-Bas ont été le premier pays colonisateur à établir une colonie en Afrique du Sud, avant de nombreux autres pays européens. Alors qu'il n'y avait que 90 Néerlandais en 1652, le nombre de Sud-Africains réduits en esclavage par les Néerlandais s'élevait à 16 839 en 1795.


Selon les historiens, en 1795, les deux tiers de la population du Cap étaient constitués d'esclaves.


La ville tanzanienne de Bagamoyo était la capitale de l'administration coloniale allemande dans ce que l'on appelait l'
"Afrique orientale allemande"
, qui comprenait la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi actuels.

Le
"port d'esclaves de Bimbia"
, situé près de Limbé au Cameroun, est également l'un des centres de traite des esclaves les plus importants et les moins célèbres. Selon certaines sources, 10 % de la traite intercontinentale des esclaves s'effectuait par ce port et des millions d'esclaves ont été embarqués à destination de l'Amérique et de l'Europe depuis ce port.

Les femmes, impliquées dans la traite des esclaves


Des centaines de femmes ont aussi investi dans le commerce des esclaves. En Angleterre, en France et aux Pays-Bas, les veuves de maris trafiquants d'esclaves ont souvent repris les affaires de leurs maris.


L'une des dernières esclavagistes, l'Américaine Mary Watson, a envoyé ses propres navires de New York vers la côte africaine dans les années 1850 et au début des années 1860.


Mary Watson est morte de la tuberculose en 1862 alors qu'elle tentait d'établir une nouvelle base pour son commerce en Espagne.


À lire également :




#Afrique
#traite négrière
#Europe
#esclavage
il y a 5 mois