|

France: le gouvernement dissout un groupuscule d'ultradroite

Le groupuscule d'ultradroite Division Martel, qui avait notamment projeté d'attaquer des supporters maghrébins en marge du Mondial-2022 de foot, a été dissout mercredi en Conseil des ministres, a annoncé le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin sur son compte X.

La rédaction
17:56 - 6/12/2023 mercredi
MAJ: 20:02 - 6/12/2023 mercredi
Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin.
Crédit Photo : PATRICK HERTZOG / AFP
Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin.
"Le groupement de fait "Division Martel" a été dissout ce matin en conseil des ministres, conformément aux instructions du Président de la République. Comme le détaille le décret que j’ai présenté, ce groupuscule incite à la violence et à la haine raciale. Il n’a pas sa place dans notre République"
, a-t-il écrit.

Dans son décret de quatre pages, consulté par Anadolu, Darmanin reproche à ce groupuscule de privilégier et d’assumer
"de manière récurrente, un discours (...) engageant ses partisans et membres à mener, par la violence, un combat contre les antifas et les personnes issues d’immigration ou présumées musulmanes, et à promouvoir le recours à la violence pour favoriser l’avènement d’une suprématie nationaliste et xénophobe…"

Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

"Le groupement propage des idées justifiant la discrimination et la haine envers les personnes étrangères ou les Français issus de l'immigration, notamment par leur assimilation à des délinquants ou des criminels"
, indique le décret. 

"Cette idéologie se traduit par une recherche permanente de confrontation se matérialisant par l’organisation d’opérations punitives à l’encontre de ces personnes"
, poursuit le texte. Et de souligner:

Ce groupuscule incite à la violence et à la haine raciale. Il n’a pas sa place dans notre République.

Le ministre avait annoncé le 28 novembre proposer sa dissolution, et celle de deux autres groupuscules d'ultradroite. La procédure en ce qui les concerne est en cours, a précisé le ministère de l'Intérieur à l'AFP.


Gérald Darmanin avait déclaré qu'il ne
"laisserait aucune milice qu’elle soit d’extrême droite ou d’un autre courant radical faire la loi à la place des procureurs et des policiers".

Il avait souligné auprès de l'AFP, au moment de son annonce, que
"les services travaillaient depuis plusieurs mois"
sur la Division Martel, dont un membre
"est soupçonné d’avoir contribué à la coordination"
d'une manifestation violente à Romans-Sur-Isère, dans le sud-est de la France. 

Né au second semestre 2022, le groupuscule s'était fait remarquer en décembre 2022 lors d'une tentative de
"ratonnade"
visant des supporters maghrébins en marge de la demi-finale de Coupe du monde de football France-Maroc.

Selon les chiffres relayés par les médias français, citant des sources officielles, il y aurait quelque 3 300 activistes d'ultradroite à travers toute la France dont 1 300 fichés "S".


À lire également:




#France
#Division Martel
#Dissolution
#Ministre de l'Intérieur
#Ultra-droite
il y a 3 mois
default-profile-img