|

Guerre à Gaza, Yémen, France, Tunisie...Ce qu'il faut retenir de l'actualité internationale de ces derniers jours

Le bilan de l’agression israélienne contre la bande de Gaza, depuis le 7 octobre s’est alourdi à près de 16 000 morts. Tandis que celui des blessés s’est élevé à 42 000 citoyens.

17:31 - 6/12/2023 mercredi
MAJ: 18:42 - 6/12/2023 mercredi
AA
Des opérations de recherche et de sauvetage dans décombres des bâtiments suite à une attaque israélienne à Gaza, le 5 décembre 2023.
Crédit Photo : AA / AA
Des opérations de recherche et de sauvetage dans décombres des bâtiments suite à une attaque israélienne à Gaza, le 5 décembre 2023.

La guerre a également déplacé près de 1,9 million de personnes, soit plus de 80% de la population de l'enclave palestinienne, selon ce qu'a rapporté l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).


L'agence onusienne a aussi déploré 111 de ses employés, tués par les frappes israéliennes sur la bande de Gaza.


Pour soutenir les opérations de libération de prisonniers israéliens, le ministère britannique de la Défense a annoncé qu'il va effectuer des vols de surveillance au-dessus de la Méditerranée orientale, y compris dans l'espace aérien au-dessus d'Israël et de Gaza. Ces avions ne seront pas armés et n'auront pas de rôle de combat, selon la Défense britannique. Les appareils auront pour seule mission de localiser les otages et seules les informations relatives à leur libération seront transmises à Tel-Aviv.


Le mouvement de résistance islamique Hamas a condamné cette démarche, accusant le Royaume-Uni d'implication militaire dans
"la guerre génocidaire"
contre Gaza.

Toujours au sujet des otages, le chef adjoint du Bureau politique du Hamas, Saleh al-Arouri, a révélé que les Israéliens encore détenus dans la bande de Gaza sont des
"soldats et d'anciens militaires",
signalant qu'il est hors de question de négocier leur libération avant la fin des hostilités.

Le président de la République de Türkiye, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que
"Gaza est une terre palestinienne, qui le restera pour l'éternité".

Lors du programme d'ouverture de la 39e session ministérielle du Comité permanent pour la coopération économique et commerciale de l'Organisation de la Coopération Islamique (COMCEC), à Istanbul, le président Erdogan est longuement revenu sur la situation à Gaza où les attaques israéliennes se poursuivent depuis le 7 octobre.

Saluant les Palestiniens qui défendent leur patrie malgré les attaques immorales d'Israël, Erdogan a transmis ses salutations à tous ceux qui luttent pour vivre en tant que musulmans dans différents coins du monde.


La Türkiye a également réitéré sa condamnation de l'usage de la
"force brute"
contre la population civile dans la bande de Gaza, par la voix de son chef de la diplomatie Oncu Keceli. De plus, il a déclaré:

Le recours à la force brute contre une population civile entière par une puissance occupante ne peut être considéré comme une légitime défense.

Au Yémen, le groupe yéménite Houthi a menacé Israël de frappes
"douloureuses et lourdes"
, suite à la poursuite de l'agression contre la bande de Gaza.

Le porte-parole militaire du groupe, Yahya Saree, a affirmé que les Houthis reprendront les frappes contre l’entité d’occupation, soulignant qu’ils mèneront
"une bataille fatidique contre les sionistes et les Américains, jusqu'à ce que l'agression contre Gaza cesse",
selon ses dires.

En France, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé
"les musulmans de France à l’extrême vigilance"
par crainte de représailles, au lendemain de l’attaque qui a fait un mort et deux blessés à Paris.

L’organisation
"a exhorté les victimes à déposer systématiquement plainte et à ne rien sous-estimer".
À rappeler qu'une personne est décédée et une autre a été blessée, samedi soir, dans une attaque au couteau aux abords du Quai de Grenelle dans le XVème arrondissement de Paris.

L’assaillant, interpellé vivant par les forces de l’ordre, est un Français de 26 ans, fiché S avec des antécédents psychiatriques.


En Tunisie, un avion militaire tunisien est arrivé à l'aéroport international de Tunis-Carthage, dimanche soir, avec à son bord 29 blessés palestiniens, victimes de la guerre israélienne contre Gaza, en provenance de l'aéroport égyptien d'Al-Arish.

Un deuxième appareil transportant 150 autres blessés arrivera à Tunis au cours de la semaine.


À lire également:



#Conflit israélo-palestinien
#Yemen
#Actualités
#Guerre à Gaza
#Hamas
#Palestine
il y a 5 mois