|

Erdogan: "Si Israël devait commettre des assassinats sur le sol turc, il en paierait le prix très fort"

Le Président de la République de Türkiye, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que la réponse de la Türkiye serait extrêmement forte si Israël venait à mettre à exécution sa menace d'éliminer des représentants du Hamas se trouvant dans d’autres pays, notamment en Türkiye.

15:04 - 6/12/2023 Çarşamba
MAJ: 15:42 - 6/12/2023 Çarşamba
AA
Le Chef de l’État turc, Recep Tayyip Erdoagn, a fait des déclarations aux journalistes, lors du vol retour du Qatar, le 06 Décembre 2023.
Crédit Photo : AA / AA
Le Chef de l’État turc, Recep Tayyip Erdoagn, a fait des déclarations aux journalistes, lors du vol retour du Qatar, le 06 Décembre 2023.

Le Chef de l’État turc a fait des déclarations aux journalistes, mardi, lors du vol retour du Qatar, où il a participé aux réunions du Comité stratégique suprême Türkiye-Qatar et du 44è sommet du Conseil de coopération du Golfe, tenues à Doha.


Les attaques israéliennes contre Gaza étaient au centre de ses déclarations.


Le président turc a notamment dénoncé le soutien inconditionnel des pays occidentaux.


"Sans le soutien de tous les pays occidentaux à Israël, en particulier des États-Unis d'Amérique, nous ne serions pas confrontés à une telle situation dans notre région. Le soutien illimité de ces pays en espèces, en nature et en termes monétaires tels que les armes, les munitions, l'équipement, etc., a permit à Israël, l'enfant gâté de l'Occident, d'en arriver à ce stade".

Et de poursuivre sur la faillite du système mondial et de l’administration Netanyahu.


"Le système mondial, qui agit en fonction de l'identité de l'auteur de l'acte, est déréglé. Comment réparer ce qui est cassé ? Le Premier ministre israélien Netanyahu se trouve actuellement dans une situation de faillite. Il peut brandir le drapeau de la faillite à tout moment. Il y a un Occident qui tolère les atrocités non seulement de Netanyahu, mais aussi des cadres qui l'accompagnent. Heureusement, le point de vue de l'Occident sur Israël a considérablement changé depuis le 7 octobre. Je pense que cela ne prendra pas trop de temps et que, dans peu de temps, le comportement cruel d'Israël, en particulier à l'égard de Gaza, le mettra face à la faillite."

Et de poursuivre:
"Comme vous le savez, avant les attaques de Gaza, un procès a commencé en Israël contre Netanyahu. Le système judiciaire israélien, en coopération avec les forces d'occupation, s'abstient actuellement de prendre une décision négative à son sujet. D'autre part, nous avons déposé une requête auprès de la Cour pénale internationale avec environ 3 000 avocats de différentes parties du monde pour que Netanyahu et ses complices soient jugés pour des motifs internationaux. Nous avons inscrit les crimes de guerre à Gaza à l'ordre du jour de la Cour et nous suivrons cette affaire. Nous ne sommes pas les seuls, des pays de différentes parties du monde ont déposé des requêtes sérieuses auprès de la Cour pénale internationale contre Israël. Outre la position ferme de ces pays, le nombre de personnes solidaires des Palestiniens augmente de jour en jour. Ces voix qui s'élèvent dans les rues de Londres, devant la Maison Blanche à New York, à Paris, en Belgique, aux Pays-Bas et dans bien d'autres parties du monde n'auront de cesse que la persécution en Palestine ne cesse et que les criminels n'aient à répondre de leurs actes."


Coopération avec le Qatar


Le Chef de l’État turc s’est par ailleurs féliciter de la proximité des positions de la Türkiye et du Qatar sur le conflit.

"Je peux facilement dire que le point de vue du Qatar sur l'ensemble de ce processus coïncide avec le nôtre. Nous mènerons ensemble ce processus, dont l'objectif est de parvenir à la paix, et nous franchirons à nouveau les étapes ensemble. Parce que la prochaine étape n'est pas un processus dont nous pouvons dire laissez-le aller tout seul."

"Il y a une Gaza qui a été rasée par les attaques brutales d'Israël. Garantir un cessez-le-feu et évacuer les blessés de Gaza sont des priorités. La population civile de Gaza compte également des malades du cancer. Comme vous le savez, nous avons amené certains d'entre eux dans notre pays pour qu'ils y soient soignés. Il y a aussi la question de la reconstruction de Gaza. À cet égard, nous ferons ce qui est nécessaire ensemble, si Dieu le veut, tout ce qui est en notre pouvoir. Nous allons commencer la reconstruction et la reconstruction".

"Le Qatar est déterminé à marcher dans la même direction que la Türkiye sur cette question. Nous sommes prêts à jouer le rôle de garant et à accueillir cette conférence. À condition qu'ils veuillent vraiment la paix. Nous ne cessons de parler de paix, de droit et de justice. Nous ne les disons pas pour le plaisir de les dire, nous les exprimons en sachant que ces concepts doivent survivre pour éviter que le monde ne soit entraîné dans une grande catastrophe. À ceux qui ont des yeux mais ne voient pas l'oppression, des oreilles mais n'entendent pas la vérité, des langues mais ne disent pas la vérité, nous disons "voyez, entendez, dites la vérité maintenant". En fait, nous offrons la prescription pour le salut de la dignité humaine. Nous n'abandonnerons pas, nous ne nous fatiguerons pas, nous dirons inlassablement la vérité et la vérité. Nous n'avons pas le luxe de dire "nous avons essayé et nous avons échoué". Nous continuerons à lutter pour la paix. "Nous avons créé nos nouvelles feuilles de route. Nous exprimerons à la fois l'oppression à Gaza, le drame que vit la Palestine depuis des années, et nos solutions pour une paix durable."

Le projet israélien de créer une zone tampon à Gaza


"Je considère que le simple fait de discuter de ce plan constitue un manque de respect à l'égard de tous mes frères et sœurs palestiniens. De notre point de vue, il ne s'agit pas d'un plan dont il faut discuter, penser et parler. Le plan israélien d'occupation des territoires palestiniens, qui a commencé à être mis en œuvre en 1947, a malheureusement conduit la Palestine et Gaza à cette situation au fil des ans. Aujourd'hui, Israël a l'intention d'occuper la poignée de terre restante en Palestine en s'en emparant complètement. Il n'est jamais possible d'envisager cette situation de manière positive, de l'aborder de manière positive. Car ces terres appartiennent aux Palestiniens. C'est le peuple palestinien qui décide de ce qui se passera à Gaza et qui y gouvernera. Nous ne reconnaissons aucun décideur au-dessus de sa décision.

La meilleure chose qu'Israël puisse faire est d'accepter la création d'un État palestinien indépendant et géographiquement intégré dans les frontières de 1967 et de restituer les territoires palestiniens occupés à leurs propriétaires. Israël devrait expulser de ces maisons et de ces terres les terroristes qu'il présente au monde comme des colons et réfléchir à la manière de construire un avenir en paix avec les Palestiniens. Je pense que les gagnants de ce processus seront les Palestiniens. De temps en temps, on dit que le Hamas est à terre, que le Hamas est en hausse. Le Hamas est avant tout une organisation de résistance. Le Hamas est un mouvement politique qui est sorti vainqueur des élections en Palestine. Il y a 21 ans, cette question m'a été posée lors d'une réunion avec un groupe aux États-Unis d'Amérique.

Le Hamas est un mouvement politique dont les terres ont été confisquées en 1947. Ce mouvement politique est un parti qui a finalement remporté les élections en Palestine. Aujourd'hui encore, le Hamas s'efforce de protéger ses propres terres. Israël a transformé Gaza en une prison à ciel ouvert pendant des années et a tenté de la discipliner en la soumettant à des restrictions en matière d'eau, de nourriture, de vêtements et d'électricités. Les Palestiniens de Gaza n'ont pas abandonné pendant tout ce temps, Israël n'a pas pu atteindre son objectif et je pense qu'il n'y parviendra pas aujourd'hui".

Les menaces israéliennes visant les représentants du Hamas se trouvant notamment en Türkiye


"Tout d'abord, les auteurs de cette menace ne connaissent manifestement pas la Türkiye. Ils ne connaissent pas les Turcs. Ils ne nous connaissent pas. S'ils commettent une telle erreur, ils doivent savoir qu'ils en paieront le prix fort, très fort. Ceux qui prennent actuellement ces mesures en encerclant Gaza depuis l'air, la mer et la terre pensaient qu'ils obtiendraient des résultats en une semaine. Que s'est-il passé ? Ont-ils obtenu des résultats ? Ils n'ont rien obtenu. S'ils osent prendre une telle mesure contre la Türkiye et les Turcs, ils seront condamnés à en payer le prix de telle manière qu'ils ne pourront plus jamais redresser le dos. Ceux qui tentent une telle chose ne doivent pas oublier que les conséquences peuvent être extrêmement graves. Il n'y a personne au monde qui ne sache pas le chemin parcouru par la Türkiye dans le domaine du renseignement et de la sécurité. En outre, nous ne sommes pas un État fondé hier. Personne ne doit l'oublier".

Netanyahu et les crimes de guerre


"Il est certain que Netanyahou sera poursuivi d'une manière ou d'une autre, si ce n'est pas aujourd'hui, ce sera demain. En fait, la lutte pour cela a déjà commencé à l'intérieur d'eux-mêmes. Tout comme les carrés se sont levés dans différentes parties du monde, les carrés d'Israël sont également debout en ce moment et ils sont divisés. Il y a un groupe israélien qui veut que Netanyahou soit tenu pour responsable à tout moment. Netanyahou ne pourra pas éviter de payer pour ce qu'il a fait. Tôt ou tard, il sera jugé et paiera pour les crimes de guerre qu'il a commis. Si le droit international est correctement appliqué et que ces crimes de guerre sont punis, cette décision servira d'exemple à tous les oppresseurs, tant dans la région palestinienne que dans d'autres parties du monde. Cependant, si nous laissons faire et ne suivons pas l'application de cette décision, cela ouvrira la porte à de nouveaux génocides. C'est pourquoi nous ne lâcherons pas l'affaire et ferons de notre mieux pour que les auteurs du génocide de Gaza soient poursuivis.

La coalition actuelle qui gouverne Israël n'est pas saine. Cette coalition s'est effondrée et est en train de s'effondrer. Ne pensez pas qu'ils sont encore en vie, ils vont partir. Nous avons dit il y a 50-60 jours que Netanyahou était fichu, les signes de leur départ ont déjà commencé à apparaître. Ceux qui disent à Israël "Nous sommes fatigués de vous nourrir" ont commencé à apparaître. Regardez la France, qui a fait des déclarations de soutien dans les premiers jours. La France est-elle la même aujourd'hui ? Le président français Macron fait maintenant des déclarations très différentes. De même, de nombreux autres pays occidentaux ne font plus les déclarations qu'ils faisaient dans les premiers jours. Toute cette question est le résultat de la patience. Vous savez, nous avons un principe très important: Celui qui est patient remportera la victoire. En ce moment, le Hamas, la Palestine, utilise ce mécanisme de patience. Je crois que, si Dieu le veut, la victoire leur reviendra. Le prix à payer sera lourd, mais ils remporteront la victoire."

La position de la communauté internationale


"Je pense qu'il y aura un changement dans l'attitude des pays qui se sont abstenus de voter contre les attaques israéliennes à l’assemblée générale de l’ONU. Comme vous le savez, après le sommet conjoint de l'Organisation de la coopération islamique et de la Ligue arabe, un groupe de sept personnes a été constitué pour expliquer aux pays la cruauté d'Israël et les solutions. Notre ministre des affaires étrangères, Hakan Fidan, fait également partie de ce groupe de sept. Ils se rendent dans différents pays. Après la décision prise au sommet de Riyad, ils ont commencé à travailler à un rythme soutenu. C'est la première fois qu'un tel groupe d'action est formé au sein de l'Organisation de la coopération islamique. Ce qui est précieux, c'est que ce groupe parle d'une seule voix sur la Palestine. La Russie et la Chine ont d'abord été visitées. Des réunions ont ensuite été organisées en France et en Angleterre. Les pays méditerranéens se sont réunis. Lors de chaque réunion, les discours et les politiques que nous avons développés sur la Palestine ont été transmis à l'autre partie. Au fur et à mesure que ces politiques étaient expliquées, nous avons constaté un changement important dans le discours. Le monde islamique a commencé à parler d'une seule voix et à évoquer la solution.

Aujourd'hui, nous avons dépassé la question "Qu'arrivera-t-il à Gaza ?" et des questions telles que "Comment y aura-t-il une solution à deux États, comment l'aide sera-t-elle organisée ? Au début du processus, certains pays se sont rangés du côté d'Israël, mais lorsqu'ils ont pris conscience des réalités, ils ont pris leurs distances. Nous constatons que les pays qui se sont abstenus à l'ONU étaient en fait opposés aux attaques illégales d'Israël, mais qu'au début, ils n'ont pas élevé la voix pour diverses raisons. Certains d'entre eux viennent de commencer à s'exprimer sous la pression de leurs peuples, ce qui est prometteur. Il y a aussi ceux qui, comme l'Espagne, ont pris une position courageuse. Je pense que si cette position de principe se répand en Europe, Israël ne pourra pas continuer son massacre. Israël se rend compte qu'il est en train de perdre l'Europe. La conscience des sociétés accélérera cette perte et, à la fin, la Palestine et les valeurs humaines gagneront."

Et de poursuivre:
"Le secrétaire général des Nations unies, M. Antonio Guterres, a été en contact très étroit avec toutes les parties depuis le début. Que ce soit lors de nos rencontres ou dans ses relations avec la région, il n'a jamais mis en avant un point de vue pro-israélien. Le secrétaire général Guterres s'est opposé à cette persécution dans une atmosphère vraiment sincère. De temps en temps, nos amis ont eu des réunions avec lui. Dans toutes nos rencontres, l'appréciation de Guterres pour notre position contre l'oppression israélienne et son opinion dans le sens de la poursuite de cette position est une lumière d'espoir pour nous. Au sein de l'Assemblée générale des Nations unies, le fait que 121 pays s'opposent à l'oppression du côté de la Palestine était déjà très important. En outre, 40 pays se sont abstenus de voter. Nous voulons maintenant nous concentrer sur ces abstentions.

Le nombre de pays se rangeant du côté de l'Occident et de l'Amérique n'est que de 14, ce qui est l'expression la plus claire et la plus belle de la reconnaissance de la légitimité de la Palestine. Dans ces conditions, il est important que nous poursuivions nos démarches diplomatiques. Pouvons-nous faire en sorte que ces 40 pays prennent le parti de la Palestine contre l'oppression israélienne ? Au-delà du Conseil de sécurité des Nations unies, l'attitude de l'Assemblée générale des Nations unies me donne beaucoup d'espoir. D'autre part, nos négociations avec la Russie se poursuivent et nous n'avons pas eu de problèmes jusqu'à présent. Les Nations Unies sont dans l'incapacité institutionnelle de faire fonctionner leur système et observent les événements les mains liées. Malheureusement, nous subissons une fois de plus les conséquences amères de cette crise, qui est à l'origine de notre campagne "Le monde est plus grand que cinq."

Les Nations unies ont pour mission principale de protéger la paix dans le monde. En raison de la structure déformée du Conseil de sécurité, elles ne sont pas en mesure d'accomplir cette tâche. Dieu nous en préserve, les Nations unies finiront par ressembler à la Société des Nations dans un processus de conflit plus large. C'est pourquoi nous devrions agir en comprenant qu'il est préférable de réduire nos pertes et de parler de la révision du système des Nations unies. Nous devons le faire avant qu'il ne soit trop tard. Sinon, le système des Nations unies ne sera pas en mesure d'éteindre un grand incendie et le monde entrera dans un nouveau processus de perte".

Le projet d’acquisition de F-16 aux États-Unis


"Dans le dossier des F-16, nous avons dit à nos interlocuteurs: Si les États-Unis d'Amérique ont un congrès, nous avons aussi un congrès, à savoir notre parlement". Il n'y a rien à dire tant que la décision finale n'a pas été prise par notre parlement. "En tant que président, j'ai saisi le Parlement et vous m'avez remercié. J'ai fait mon devoir, mais j'attends aussi quelque chose de vous. Je vous dis: "Vous devriez simultanément faire passer cette question par votre congrès, et prenons ces mesures ensemble en même temps."

Et de conclure:
"Une autre question est celle de l'Eurofighter Typhonn... De plus, le point de vue du Royaume-Uni sur l'Eurofighter est en fait positif. Malheureusement, il y a un problème en Allemagne. Toutefois, le Royaume-Uni a adopté une approche positive afin d'éliminer les aspérités. Il affirme qu'il discutera de la question avec les Allemands. À ce stade, ce n'est pas que nous n'ayons pas d'autres alternatives."

À lire également:



#Le Président turc Recep Tayyip Erdogan
#​​​​​​​Gaza
#​​​​​​​Israël
#Benyamin Netanyahu
#Qatar
#Conflit israélo-palestinien
3 ay önce
default-profile-img