|
Un homme "à la mémoire qui flanche, avec de bonnes intentions et âgé"

Les déclarations de Robert Hur, le procureur spécial nommé par le ministère américain de la Justice, qualifiant le président Biden de "un vieil homme avec une mauvaise mémoire et de bonnes intentions" ont relancé le débat sur l'âge de Biden. L'image de vieillesse et de manque de dynamisme dont Biden n'arrive pas à se défaire semble être son plus grand désavantage pour les élections de novembre. Biden, le plus vieux président en exercice de l'histoire américaine, battra son propre record en tant que candidat présidentiel le plus âgé lors des élections de novembre. La candidature de Trump, 77 ans, contre celle de Biden, 81 ans, obligera l'électorat américain à choisir le président le plus âgé de l’histoire américaine. Bien que certains soutiennent que la discrimination fondée sur l'âge est injuste, l'âge avancé de Biden est devenu un débat important qui pourrait influer sur le sort de l'élection. Outre les problèmes de mémoire de Biden, ses apparitions publiques dans des conditions extrêmement contrôlées et sur une courte période constituent un sérieux handicap par rapport à l'image plus dynamique de Trump.


Le procureur spécial Hur a mené une enquête sur le fait que Biden avait emporté des documents classifiés hors de la Maison Blanche. Une enquête similaire a été ouverte pour Trump, et le ministère de la Justice a nommé un procureur pour Biden afin d'éviter de donner l'impression que seul Trump faisait l'objet d'une enquête. Le procureur Hur a conclu dans son rapport qu'il n'y avait pas lieu d'engager des poursuites, mais ses déclarations sur Biden, qui sentaient l'opération politique, ont soudain déclenché une tempête. Il était évident que Biden était très en colère et qu'il s'est précipité sur le podium pour donner une réponse sévère au rapport. Après avoir affirmé que son âge n'était pas un problème et qu'il était le candidat le plus qualifié pour la présidence, il s'est tiré une balle dans le pied, pour ainsi dire, en confondant le président égyptien Sissi avec le président du Mexique. On savait déjà à quel point Biden était mal à l'aise avec les publications sur son âge, mais l'attitude défensive du président sur cette question a donné lieu à un débat beaucoup plus large sur le sujet.


Dans l'un des sondages réalisés auprès des électeurs inscrits à la mi-février (Quinnipiac University), Biden bénéficie d'un soutien de 49 %, contre 45 % pour Trump. Dans ce même sondage, 69 % des personnes interrogées pensent que Biden est trop vieux pour la présidence, tandis que 57 % pensent que Trump est trop vieux. Ces taux montrent que la question de l'âge joue en défaveur de Biden, mais qu'elle est inefficace pour modifier le comportement des électeurs. En d'autres termes, les électeurs se plaignent de l'âge avancé des deux candidats et pensent que la santé mentale de Biden est un problème plus important. Cependant, on peut dire que la résistance à son rival Trump est plus forte que les réserves liées à l'âge. Bien que des voix critiques s'élèvent contre l'insistance de Biden à se représenter, le fait qu'elles restent faibles a pour conséquence que les Démocrates sont obligés de soutenir Biden avec le sentiment que "ce ne sera pas Trump". On peut dire que ce sentiment est un avantage pour Biden, mais il n'est pas certain qu'il suscite l'enthousiasme électoral dont il a besoin pour sa réélection.


Lorsque Biden est devenu président, il était encore plus âgé que Reagan, qui a terminé son mandat en tant que président le plus âgé de l'histoire américaine. Lorsque Reagan s'est présenté pour un second mandat, son âge avancé a fait l'objet d'une controverse, mais il a réussi à la tourner en sa faveur. Lorsqu'on lui a demandé, dans le cadre d'un débat avec son rival Walter Mondale, si son âge avancé serait un problème en cas de crise de sécurité nationale, Reagan a tourné le débat à son avantage en donnant une réponse extrêmement intelligente et pleine d'humour. "Je ne ferai pas de l'âge un problème dans cette campagne, je n'exploiterai pas la jeunesse et l'inexpérience de mon adversaire à des fins politiques", a déclaré Reagan dans une réponse historique qui est souvent citée dans la littérature politique américaine. Si l'on considère la réponse pleine d'assurance et d'humour de Reagan, la défense agressive de Biden montre clairement qu'il n'est pas à l'aise avec cette question. Le fait que son équipe tienne le président à l'écart des médias afin d'éviter que les gaffes et les problèmes de mémoire de Biden ne soient révélés au grand jour ne fait que renforcer l'importance de cette question.


Lorsque la campagne entrera dans sa dernière ligne droite à l'automne, Joe Biden devra faire des apparitions publiques beaucoup plus intenses. S'il ne parvient pas à suivre le rythme de Trump, la question de l'âge continuera à jouer en sa défaveur. La course sera très rude, surtout dans les "swing states", et l'endurance des deux candidats sera mise à l'épreuve. Les sondages montrent que la question de l'âge, même si elle joue en défaveur de Biden, ne suffit pas à modifier le comportement des électeurs, mais que les problèmes de santé des candidats au cours du processus électoral peuvent changer le sort de la course. À cet égard, il n'est pas difficile de prédire que les candidats à la vice-présidence seront encore plus critiques que les autres élections. Jusqu'à présent, il est difficile de dire que Kamala Harris a dessiné un profil susceptible d'occuper le siège présidentiel. Si le candidat de Trump à la vice-présidence a un profil plus solide que celui de Harris, la tâche de la campagne de Biden deviendra beaucoup plus difficile.

#politique
#USA
#Joe Biden
#Kadir Üstün
il y a 2 mois
Un homme "à la mémoire qui flanche, avec de bonnes intentions et âgé"
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine
Surprise géopolitique: Comment les Etats-Unis, la Russie et Israël se sont-ils mis d’accord ?
L'essence et la racine de l’AK Parti
La vision universitaire du CHP est-elle aussi grande que celle de Tanju Özcan ?
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient