|

Médecins Sans Frontières: Le manque de soins médicaux et les bombes tuent les habitants de Gaza

La coordinatrice de projet Médecins Sans Frontières à Gaza, Lisa Macheiner, a déclaré samedi que "si les habitants de la bande de Gaza ne sont pas tués par les bombes, ils endurent la privation de nourriture et d'eau et meurent faute de soins médicaux.''

11:58 - 3/03/2024 dimanche
AA
Des personnes recevant des soins médicaux à l'hôpital koweïtien pour des blessures subies lors d'un bombardement israélien qui a frappé un camp abritant des Palestiniens déplacés près de l'hôpital émirati, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 2 mars 2024.
Des personnes recevant des soins médicaux à l'hôpital koweïtien pour des blessures subies lors d'un bombardement israélien qui a frappé un camp abritant des Palestiniens déplacés près de l'hôpital émirati, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 2 mars 2024.

C'est ce qui ressort d'une série de messages postés sur le compte X de l'organisation non gouvernementale internationale.



Lisa Macheiner a qualifié d'
''épouvantables''
l'absence flagrante d'espace humanitaire et le siège israélien qui empêche l'entrée de l'aide dans la bande de Gaza.

La coordinatrice de projet MSF à Gaza a expliqué que
"Le renforcement du blocus de Gaza par Israël entrave l'accès des fournitures essentielles à la zone intérimaire''.

Et d'ajouter :
"les opérations de secours dans la zone intérimaire sont quasiment impossibles car Israël ignore totalement la protection et la sécurité des missions médicales et humanitaires et de leur personnel, privant ainsi les Palestiniens d'une aide vitale''.

Quand les gens ne sont pas tués par les bombes, ils et elles souffrent de pénuries de nourriture et d'eau et meurent par manque de soins médicaux.

Depuis le 7 octobre dernier, l'armée israélienne mène une guerre à outrance dans la bande de Gaza, avec le soutien de Washington, qui a tué des milliers de Palestiniens, en majorité des femmes et des enfants.


Le conflit a provoqué également
"des destructions massives et une catastrophe humanitaire sans précédent'',
selon l'Onu.

Pretoria a déposé une plainte contre Tel Aviv pour
"crime de génocide'',
devant la Cour internationale de justice (CIJ). Les actes de l'État hébreu dans la bande de Gaza ont été qualifiés par l'Onu de
"violation du droit international'',
mais Israël rejette ces accusations, affirmant qu'il essaie seulement de protéger ses citoyens.

Un arrêt rendu en janvier par la CIJ a ordonné à Tel-Aviv de prévenir la réalisation d'actes susceptibles d'être considérés comme génocidaires et de prendre des mesures pour garantir l'acheminement de l'aide humanitaire à la population civile de la bande de Gaza.


À lire également :





#Palestine
#Habitants de Gaza
#manque de soins médicaux
#Médecins sans frontières
#Bombes
#Bilan des victimes
il y a 2 mois