|

Mali: la MINUSMA ferme sa 9e base

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a officiellement fermé sa base à Ansongo, le samedi 18 novembre dernier.

12:45 - 20/11/2023 Pazartesi
MAJ: 14:36 - 20/11/2023 Pazartesi
APANEWS
Crédit photo: Sia KAMBOU / AFP
Crédit photo: Sia KAMBOU / AFP
La Minusma ferme sa 9e base pourrait se retirer du Mali un peu plus tôt que prévu.

Cette fermeture, qui est la neuvième parmi les douze camps de la mission, s’inscrit dans la deuxième phase de son plan de retrait du Mali qui devrait être effectif avant le 31 décembre prochain.


Le camp a été remis aux autorités civiles, représentées par le préfet d’Ansongo, Ahmed Ag Aklinine, par Hawa Ahmed Youssouf, Cheffe du bureau régional de la Minusma à Gao.


Ouvert il y a une décennie, ce camp a permis aux casques bleus de contribuer à la stabilisation du cercle d’Ansongo, dans la région de Gao. Ce, à travers des opérations de sécurisation notamment de l’axe routier transfrontalier reliant le Niger au Mali à savoir la Route Nationale 17, vitale pour le pays et la région.

Depuis son déploiement dans ce cercle, la mission onusienne a réalisé plusieurs projets ou activités, dont la construction et l’équipement du Commissariat de Police. La dotation en carburant a aussi permis à la Gendarmerie et à la Police d’entreprendre des patrouilles de sécurisation de la ville. En outre, la piste d’atterrissage était régulièrement sécurisée pour permettre aux missions humanitaires de travailler dans des conditions optimales.


Par ailleurs, un investissement de la Minusma d’un montant de plus de 818 millions de FCFA a permis de réhabiliter et d’équiper des bâtiments pour les Forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM), de réfectionner des digues et de construire des périmètres maraîchers.

L’adduction à l’eau potable, l’électrification des artères de la ville d’Ansongo et des autres localités du cercle dans le but de réduire les conflits communautaires et améliorer le cadre de travail des FDSM pour mieux mener leur mission régalienne font également partie des efforts consentis par la Mission onusienne.


Ces efforts conjugués de la Minusma et des autorités maliennes ont considérablement réduit la présence des groupes armés terroristes, entraînant une baisse sensible des incidents contre les populations civiles et les FDSM.


Toutefois, malgré ces améliorations, la persistance de poches d’insécurité dans le cercle reste un défi, principalement en raison de la présence limitée des autorités nationales et des contraintes d’accès. Des groupes terroristes tels que Daesh au Sahel contribuent fortement à cette insécurité à travers des attaques sporadiques et meurtrières.


Se retirer du Mali plus tôt que prévu


Après la base d’Ansongo, les casques bleus quitteront définitivement leur base de Mopti dans les premières semaines de décembre avant d’entamer la phase de liquidation qui concernera les sites de Bamako, Gao et Tombouctou, à partir du 1er janvier 2024.


A ce jour, sur les 12 944 membres du personnel en uniforme déployés au Mali, la Minusma en a déjà rapatrié 8 098. Quant aux civils, sur 927, 266 ont quitté le Mali. Ainsi, ce sont au total 8 364 casques bleus qui ont déjà quitté le Mali. Des sources indiquent que la Minusma ferme sa 9e base pourrait se retirer du Mali un peu plus tôt que prévu.

Déployée en juillet 2013, elle est la mission onusienne de maintien de la paix la plus coûteuse en vie humaine avec le décès de plus de 300 casques bleus enregistré dont l’écrasante majorité à travers des actes hostiles.


À lire également:



#MINUSMA
#Afrique
#armée
#ONU
6 ay önce