|
Le plan "éducation" d’Israël pour les enfants qui n’ont pas pu être massacrés à Gaza
Ces deux derniers jours, la Cour internationale de justice (CIJ) a tenu des audiences sur les conséquences juridiques des actions d'Israël dans les territoires palestiniens occupés. Ces audiences ne portent pas seulement sur les crimes de génocide commis par Israël, dont personne ne doute qu'ils ont été perpétrés depuis le 7 octobre.
Ce procès met à nu toute la laideur du régime d'apartheid raciste qu'Israël impose aux territoires occupés depuis 1948. En outre, le visage raciste, agressif et idéologique du sionisme, présenté jusqu'à présent au monde de manière innocente comme une condition de la haine du judaïsme, source de haine et d'hostilité envers d'autres peuples, est révélé par des exemples concrets que l'on ne peut ignorer.

Dans un environnement où la critique du sionisme déclenche immédiatement des accusations d'antisémitisme, l'approche haineuse d'Israël sioniste à l'égard des Arabes devrait en fait être considérée comme de l'antisémitisme en soi. En effet,
les Arabes ne sont pas moins une race sémite que les Israélites
. À une différence près, on peut dire que
les Arabes ne sont pas restés une race sémite pure, puisqu'ils n'attribuent pas la question de la race au sang et aux gènes, mais à la culture et à la langue d'une manière plus inclusive. Cependant, il est clair que la question n'est pas non plus laissée exclusivement dans les limites de la race pour Israël.

L'idéologie sioniste
, que les Israélites de la race sémite ont adoptée pour ressentir un sentiment de privilège et l'imposer au monde,
peut être la source de toutes sortes de violences en tant qu'idéologie qui ne fait aucun bien aux êtres humains, qui ne pense jamais au bien d'autrui, qui est discriminatoire, privilégiante et suprémaciste au plus haut point
. Elle est si violente qu'elle peut envisager d'arracher les yeux de quiconque la regarde de travers. On ne peut même pas faire du sionisme le sujet d'une recherche académique, intellectuelle ou ordinaire avec ces dimensions. Lorsque vous le faites, la réalité du racisme et de l'agression du sionisme est révélée.

Le fait que la question ait été soulevée aussi clairement lors des audiences de la CIJ a épuisé tout le capital d'innocence et de victimisation que l'idéologie sioniste a accumulé au nom de l'antisémitisme.
Elle invite également Israël à cesser la barbarie qu'il commet depuis le 7 octobre, mais malgré tout, Israël poursuit son agression sans faiblir. Il ne laisse pas tranquilles les Gazaouis qu'il a conduits à la porte frontière de Rafah, et à ce stade, il continue de les massacrer sans discrimination entre les enfants, les civils, les femmes, les malades, les personnes âgées et les journalistes.

Pendant ce temps, le gouvernement génocidaire israélien est encore loin de ses deux objectifs concernant Gaza. Il n'a pas été en mesure d'en finir avec le Hamas, ni de sauver les prisonniers détenus par le Hamas.
Dans les négociations sur la question des prisonniers, Israël, sous la pression de l'opinion publique, ne cesse de répéter son objectif d'éliminer complètement le Hamas de Gaza. Cependant, il semble qu'il n'y ait pas d'autre moyen d'atteindre cet objectif que d'augmenter le niveau des massacres et d'approfondir le génocide.

En fait,
même les publications et les groupes de réflexion occidentaux qui soutiennent inconditionnellement Israël soulignent l'impossibilité de cet objectif. Par exemple, le New York Times
a écrit que l'un des points les plus faibles de la stratégie israélienne jusqu'à présent est l'élimination du Hamas. En effet, le Hamas représente une idée politique et religieuse indivisible et est une organisation qui se nourrit de sa réputation parmi les Palestiniens pour mener une lutte armée contre Israël.

Des analyses similaires sont largement répandues.
On peut dire que le Hamas n'est pas une organisation, mais une idée qui a inévitablement émergé de l'occupation israélienne.
Bien sûr, il s'agit d'une évaluation sociologique, mais
l'évaluation théologico-politique
de l'idée de la foi et de l'action islamiques est évaluée différemment et lui donne une énergie illimitée. Loin de mettre fin au Hamas, chaque succès qu'Israël pense avoir obtenu contre le Hamas nourrit encore plus le Hamas et comporte le risque de réveiller tôt ou tard une communauté mondiale de 2 milliards de personnes et de les transformer en Hamas.

Mais comme tous les pharaons, Israël pense à court terme.
Peu importe la sagesse stratégique sioniste qu'on lui prête.
Il ne peut échapper au fait que par son agression, il prépare aussi sa propre fin.
C'est à cause de cette stupidité qu'il s'en prend aux enfants. Le massacre d'enfants, qui réveille la conscience de chacun et l'unit dans le soutien au Hamas et à Gaza, est en fait le seul remède à la cervelle d'oiseau d'Israël.
Car ces enfants grandiront et se transformeront en brigade al-Qassam qui se vengera d'Israël.
Avec cette peur, il tue ou mutile des enfants comme un fou, mais entre-temps, il ne tient pas compte du fait que sa fin ne sera peut-être pas reportée jusqu'à la vengeance des enfants qu'il n'a pas pu tuer.

En fait, il révèle en même temps son ignorance à cet égard. Le plan pour un soi-disant Gaza post-Hamas, que ses responsables ont dévoilé
, consiste à gouverner Gaza sans Hamas par l'occupation et, bien sûr, à
s'assurer que les enfants qui y grandiront, qui survivront à son génocide, seront éduqués loin de l'influence de l'idéologie du Hamas.

Mais pourquoi ne pourrait-elle pas le faire en Cisjordanie, qu'elle occupe depuis 60 ans ?
Comment peut-il empêcher les enfants des territoires occupés d'avoir la conscience de la résistance ?

Ce plan, que les responsables israéliens n'hésitent pas à prononcer,
est en lui-même une preuve d'intentions génocidaires
. Les pratiques envisagées dans ce plan sont essentiellement
des réflexes routiniers du colonialisme
. Sinon, comment donner aux enfants palestiniens une éducation qui ignore l'occupation israélienne et la barbarie génocidaire ? Qui peut le faire ? Comment cela peut-il être autre chose qu'une approche colonialiste avec une barbarie que l'histoire du monde n'a jamais connue ?

Nous posons ces questions, mais soulignons que le plan d'Israël pour les enfants qui ont survécu aux massacres est toujours "l'éducation".
C'est comme un aveu de la façon dont l'idéologie qui tolère l'Israël raciste et génocidaire peut être fournie au niveau mondial.
C'est une révélation de la manière dont l'éducation fonctionne comme un lavage de cerveau dans le monde moderne, malgré tout son glamour, son éclat et son maquillage.
#Gaza
#Palestine
#génocide
#Moyen-Orient
#Israël
#Yasin Aktay
2 ay önce
Le plan "éducation" d’Israël pour les enfants qui n’ont pas pu être massacrés à Gaza
Que faire ?
Et si nous regardions les islamistes du point de vue de la sagesse ?
Des yeux menteurs !
Analyse de l'individu, des ONG et de la politique à travers deux attaques planifiées
Marque humaine: Les faux pacifistes et ceux qui enflamment le tout avec l'argent