|
Aïd, Gaza, Turkestan oriental, Soudan et Ghannouchi

Nous avons laissé derrière nous un autre mois de Ramadan. Comme l'année dernière, comme celle d'avant et celle d'avant encore, il est venu et il est parti. Lorsque nous avons célébré l'Aïd l'année dernière et les années précédentes, l'agression israélienne était encore à l'ordre du jour, et ce qui était bien plus déchirant que cette agression était l'apathie du monde islamique. Aujourd'hui, c'est encore l'Aïd et cette agression, ainsi que cette apathie, sont présentes à un degré bien plus flagrant.


Lorsque nous avons célébré l'Aïd l'année dernière, il y avait aussi une guerre civile en cours au Soudan, résultant en un grave problème de famine. Mais lorsque nous disons "guerre civile", malheureusement, il s'agissait d'une guerre par procuration dont certains acteurs étaient des pays musulmans, tout comme au Yémen, en Libye avant cela, et en Syrie.


Le mois de Ramadan, qui espérait unir les musulmans avec les générations musulmanes passées et tous les musulmans vivant dans notre monde, n'a même pas réussi à réaliser cette union.
Peut-être que tous les croyants à travers le monde ont profondément ressenti cette union spirituelle grâce au jeûne, à la prière du tarawih, à la zakât et aux aumônes, ressentant les douleurs vécues à Gaza, au Soudan, au Turkestan Oriental, au Myanmar, au Cachemire comme les leurs. Les douleurs, les souffrances ont fourni cette union au niveau de la oumma dans le climat spirituel du Ramadan.
Mais cette union n'a pas suffi à arrêter ces souffrances.

À ce jour, le nombre de Palestiniens tués à la suite de l'agression génocidaire d'Israël à Gaza, qui dure depuis 187 jours, dépasse les 33 137 ; dont 75 % sont des enfants, des femmes et des personnes âgées (+14 500 enfants et 9 560 femmes).
Plus de 5 000 enfants, parmi plus de 7 000 Palestiniens, vivent encore sous les décombres des maisons détruites. Selon le ministère de la Santé, le nombre de blessés, principalement des enfants et des femmes, a dépassé les 75 815. Plus de 2 937 massacres de familles palestiniennes ont eu lieu, leurs maisons étant bombardées avec eux à l'intérieur. Lors de l'attaque à la bombe contre l'hôpital baptiste le 17 octobre, 471 personnes ont perdu la vie. Plus de 65 membres des équipes de secours de la défense civile ont été tués pendant leur service. Parmi les morts figurent également 162 membres du personnel de l'UNRWA tués par l'armée d'occupation israélienne et 26 blessés. L'armée d'occupation israélienne a également tué 484 membres du personnel médical, y compris des médecins, des infirmières et des premiers intervenants, et 440 personnes ont été blessées.

Plus de 310 membres du personnel médical, y compris les directeurs de trois hôpitaux, ont été arrêtés pendant leur service. Les écoles, universités, mosquées, églises, hôpitaux, y compris les gens à l'intérieur, ont été bombardés. Les travailleurs humanitaires ont été ciblés et tués.
Plus d'une centaine de professeurs d'université ont été tués.
C'est le bilan résumé de cette situation qui dure depuis plus de six mois. Les détails se déroulent sous les yeux du monde entier tous les jours.
Malheureusement, face à ce bilan, le soutien illimité des États-Unis et de l'UE continue, et le silence honteux des leaders du monde islamique soutient également la poursuite de ces crimes contre l'humanité.

Chaque bombe qui tombe sur Gaza tombe en réalité sur le cœur, l'honneur, la chasteté et la dignité de tout le monde islamique.
De quoi se vantent ceux qui restent silencieux à ces bombes ?

L'année du Ramadan précédente, le soir de la Nuit du Destin,
Rashid Ghannouchi
, le leader du mouvement
Ennahda
et ancien président de l'Assemblée, a été soumis à une perquisition à son domicile par 50 policiers juste avant l'heure de l'iftar, et après deux heures de perquisition, il a été arrêté et emmené au centre. Même une rencontre avec ses avocats lui a été refusée, et après deux jours de garde à vue, il a été placé en détention. Avec lui, de nombreux autres membres du mouvement
Ennahda
ont également été arrêtés. Le coup d'État doux progressivement mis en place par le président élu Kais Saied peu après son élection a agi comme un collecteur de dettes pour la Tunisie, le berceau des révolutions arabes.

Ghannouchi est en prison depuis ce jour. Les accusations absurdes portées contre lui ne montrent pas sa culpabilité, mais celle de ceux qui les portent.
Le leadership qu'il exerce sur le mouvement Ennahda est le nom de la possibilité de compatibilité entre l'Islam et la démocratie dans le monde islamique, et cette possibilité est précisément le cauchemar de l'axe contre-révolutionnaire.

Connu tout au long de sa vie pour sa distance par rapport à toute forme de mouvement violent et pour son intellect fort, le traitement réservé à Ghannouchi révèle en fait l'hypocrisie des conceptions occidentales et celles des pays musulmans alliés à leur égard concernant l'Islam et le monde islamique.
Les hypocrisies sont devenues bien plus évidentes à Gaza. Ceux qui infligent cette tyrannie à Gaza, qu'est-ce qu'ils n'infligeraient pas à Ghannouchi.

En 2012-2013, la voie conseillée aux Frères musulmans égyptiens était d'agir avec modération et de faire des concessions, à la manière de Ghannouchi.
En réalité, les Frères musulmans d'Égypte, malgré l'absence de tout débordement ou de toute pratique autocratique, ont été victimes d'un coup d'État. Leur tolérance envers Ghannouchi et jusqu'où ils pouvaient aller ont ainsi été révélés.

Ghannouchi, avec sa profondeur intellectuelle, son horizon, sa personnalité politique et spirituelle, et son leadership, n'est pas seulement une grande chance pour la Tunisie, mais essentiellement pour tout le monde islamique.
Dire que sa manière de faire de la politique et la façon dont il soutient cela intellectuellement et juridiquement constitue une méthode d'ijtihad en science politique islamique ne serait pas exagéré.

Que cette grande valeur (et d'autres érudits musulmans détenus dans les prisons d'autres pays musulmans) soit obligée de se défendre dans un contexte de discussion politique extrêmement superficiel et stupide, à un niveau jamais égalé, est non seulement une honte pour la Tunisie mais aussi pour tout le monde islamique.


Nous avons laissé derrière nous un autre Ramadan avec ces agendas. Le Ramadan est venu et reparti comme chaque année. Bien sûr, il ne nous a pas quittés en partant.
Il a laissé en héritage le Coran, révélé lors d'une nuit de Ramadan, meilleure que mille mois.
Mais chaque année, à son propre moment, il revient pour charger à nouveau cet héritage dans nos cœurs, pour nous le proposer à nouveau dans nos vies. Que notre Seigneur nous compte parmi ceux qui entendent cette proposition bénie du Ramadan, ceux qui bénéficient de la meilleure façon de son enseignement.
#Moyent-Orient
#Gaza
#Turkestan Oriental
#Ghannouchi
#Soudan
#Yasin Aktay
il y a 1 mois
Aïd, Gaza, Turkestan oriental, Soudan et Ghannouchi
La nouvelle réalité: Ne choisissez pas d'alternatives globales, infiltrez !
Nous avons accueilli un invité de Gaza...
Soutien à l’Ukraine, mais jusqu’où ?
Montrez-nous donc vos algorithmes !
Guerre et économie