|

Afrique du Sud: des représentants du Hamas aux hommages à Mandela

De hauts responsables du Hamas se sont joints à la famille de Nelson Mandela lors des hommages rendus mardi dans la capitale Pretoria au premier président noir sud-africain à l'occasion du 10e anniversaire de sa mort, ont constaté des journalistes.

19:40 - 5/12/2023 mardi
MAJ: 19:56 - 5/12/2023 mardi
AFP
L'ancien Président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela.
Crédit Photo : TREVOR SAMSON / AFP (Archive)
L'ancien Président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela.
L'Afrique du Sud, fervent défenseur de la cause palestinienne, est l'un des pays les plus critiques des bombardements israéliens massifs et meurtriers sur la bande de Gaza, en représailles aux sanglantes attaques en Israël menées le 7 octobre par le Hamas.

Nelson Mandela, qui plaidait pour
"la liberté des Palestiniens"
, est mort en 2013 à 95 ans. Des responsables du monde entier, dont le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, étaient présents lors de ses funérailles, mais les dirigeants israéliens n'y avaient pas assisté.

Mardi, la famille du héros de la lutte contre l'apartheid a déposé une gerbe devant la statue à son effigie devant le siège du gouvernement à Pretoria.


Basem Naim, ancien ministre de la Santé du Hamas à Gaza, et Khaled Qaddoumi, représentant du mouvement islamiste en Iran, étaient présents. Ils ont également participé dans les jours précédents à une conférence sur le conflit israélo-palestinien organisée notamment par le petit-fils de Nelson Mandela, Mandla Mandela, à Johannesburg.


"Nous voulions avoir un aperçu, donné de première main, des atrocités quotidiennes commises à Gaza"
, a expliqué Mandla Mandela à la chaîne de télévision nationale SABC.

"C'était une vraie expérience pour eux d'être en Afrique du Sud et d'apprendre de ce que nous avons vécu avec l'apartheid, un des régimes les plus brutaux du continent, que nous avons vaincu"
, a-t-il poursuivi, ajoutant vouloir continuer le travail de son grand-père en faveur de la création d'un État palestinien,
"la grande question morale de notre époque"
, selon Nelson Mandela.

Le Congrès national africain (ANC), parti historique au pouvoir en Afrique du Sud, a soutenu le mois dernier à l'Assemblée nationale une motion appelant à la fermeture de l'ambassade d'Israël et à la suspension des relations diplomatiques en signe de protestation contre la guerre.

Pretoria a également demandé officiellement à la Cour pénale internationale d'enquêter sur ce que le président Cyril Ramaphosa a qualifié de
"crimes de guerre"
commis par Israël à Gaza.

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée mardi dans son 60e jour, a été déclenchée par une attaque sanglante et sans précédent menée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.


Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes avaient été enlevées et emmenées dans le petit territoire palestinien contrôlé par le Hamas depuis 2007.


Dans son dernier bilan lundi, le ministère de la Santé du Hamas a de son côté fait état de 15.899 morts, à 70% des femmes et des enfants.


À lire également:





#Nelson Mandela
#Hamas
#Afrique du Sud
#hommage
#message
il y a 3 mois
default-profile-img