|
Les États-Unis ont-ils mis le PKK sur la table des négociations ?

Dans un article précédent, j'ai indiqué que les discussions sur le retrait des États-Unis de la région pourraient reprendre de l'ampleur. C'est important. Poursuivons.


Résumons d'abord le tableau.


Premièrement. Les États-Unis déterminent leur cap. L'administration Biden estime qu'il n'est plus possible de se battre sur deux fronts (Russie/Moyen-Orient et Chine) en même temps. Les États-Unis ont perdu du terrain et de l'énergie au profit de la Russie en Ukraine. Ils ne veulent pas subir le même sort au Moyen-Orient. Ils ont vu les tentatives de l'Iran et d'Israël d'entraîner Washington dans une guerre. Ils sont restés à l'écart du conflit. Car le point focal est désormais l'Asie lointaine. En d'autres termes, la Chine.


Deuxièmement. La main de Trump se renforce dans la politique intérieure américaine. Si Trump devient président des États-Unis, il est certain que les tensions avec la Chine augmenteront. Les opinions de Trump sur l'OTAN et l'UE sont également claires. Il considère l'UE comme insignifiante. Il méprise les dirigeants européens, en particulier le président français Macron. Le conseiller de Trump, John Bolton, a déclaré que Trump était en faveur d'une sortie de l'OTAN.


LA RECHERCHE D'AUTONOMIE STRATÉGIQUE DE L'UE


Troisièmement. L'UE se prépare - avec un étrange sérieux - à une éventuelle guerre avec la Russie. Elle s'inquiète du fait que les États-Unis se tournent vers la Chine. Elle pense qu'elle sera laissée à l’abandon. "L'Europe ne doit pas dépendre des États-Unis pour se battre en Ukraine", a déclaré Macron. "Si nécessaire, nous enverrons des troupes en Ukraine", a-t-il laissé entendre.


Quatrièmement. L'Europe cherche à rendre ses politiques de sécurité indépendantes des États-Unis et à acquérir une "autonomie stratégique". Mais l'infrastructure militaire est trop faible. Les Européens estiment que la sécurité de l'UE doit être assurée au sein de l'OTAN, avec ou sans le maintien des États-Unis dans l'Alliance. Ils maintiendront donc deux puissances militaires, le Royaume-Uni et la Türkiye, à l'intérieur de l'organisation. Leur récente acceptation surprise de la Türkiye dans le projet de "bouclier aérien européen" est un produit de ce point de vue (il s'agit d'un processus soutenu par les États-Unis, la France ayant été laissée de côté).


LE RÔLE ASSIGNÉ À RIYAD


Cinquièmement. Si les Etats-Unis veulent réorienter leur énergie vers l'Asie lointaine et réduire leur présence dans la région, ils doivent faire deux choses : La première est d'assurer la sécurité d'Israël. Deuxièmement : Contenir l'Iran. Afin d'assurer la sécurité d'Israël, ils prévoient de résoudre et d'institutionnaliser la question de Gaza en faveur d'Israël - même si cela semble contredire Netanyahu. Plus important encore, ils veulent le faire avec les pays du Golfe et, en fin de compte, réconcilier Israël avec les pays arabes.


L'Arabie saoudite joue un rôle clé dans le plan américain pour le Moyen-Orient. Cette fois, Washington veut conclure avec Riyad l'accord de sécurité et de coopération qu'ils avaient auparavant laissé traîner. En outre, en exportant de la technologie nucléaire vers Riyad. Dans le même contexte, ils pensent que le groupe de contact de sept pays, dont la Türkiye est l'architecte, peut jouer un rôle important dans ce processus.


QU'EST-CE QUE WASHINGTON ATTEND D'ANKARA ?


Comment voient-ils la Türkiye à la lumière de tous ces faits ? L'inclusion soudaine de la Türkiye dans le projet de "bouclier aérien européen" donne une idée. Il est entendu que les États-Unis ont besoin de la présence de la Türkiye pour assurer la sécurité de l'Europe. Une autre question qui donne une idée est celle du groupe de contact. Les États-Unis attendent de la Türkiye qu'elle reste en contact étroit avec les pays du Golfe. Si l'Arabie saoudite accepte de porter ce maillot, Ankara ne doit pas bloquer le processus.


S'agit-il d'une offre ? Oui, c'en est une. Mais est-ce un accord ? Non, ce n'est pas le cas.


Car les États-Unis continuent de soutenir l'organisation terroriste PKK. Toutefois, il semble que les États-Unis mettront l'organisation sur la table. C'est la réalité imposée par la conjoncture actuelle et les besoins de Washington.


Si cette conclusion est correcte, les États-Unis devraient dire à la Türkiye ce qui suit à court terme : Premièrement, vous combattez Daech en Syrie. Deuxièmement. Prenez le contrôle du camp d'al-Hol où se trouvent les membres de Daech et leurs familles. Troisièmement. Soutenez l'intégration des YPG au régime de Damas. Quatre. Maintenir la présence d'éléments des FDS (PKK/YPG) dans la région pétrolière de Deir ez-Zor. En contrepartie, les menaces du PKK/YPG à l'encontre de la Türkiye devraient cesser.


UN NOUVEAU TOUR DE TABLE


Lorsqu'il s'agit des États-Unis, nombreux sont ceux qui, à juste titre, cherchent un piège. Car les États-Unis ne sont pas fiables. Certains le disent : L'administration Biden joue avec l'opinion publique nationale. Afin d'étouffer la voix de Trump, il laisse entendre que "nous nous retirerons également de la région". D'autres affirment : "La diplomatie américaine veut se retirer de la région, mais c'est l'armée qui prend la décision finale". Ne pensez pas : "C'est une démocratie, les élus fixeront le cap". Trump avait déjà ordonné une sortie de Syrie, mais les généraux ont résisté. Ne sous-estimez pas les propos de l'ancienne Première ministre britannique Liz Truss : "Au cours des 30 dernières années, la gouvernance du Royaume-Uni est passée de l'élu au Quango. Aux États-Unis, on appelle cela l'État profond".


ACTIVITÉ MILITAIRE DANS LE NORD DE L'IRAK


Indépendamment de la position américaine, Ankara prend des mesures énergiques dans la lutte contre le terrorisme. Les opérations militaires et de renseignement sont suivies d'efforts diplomatiques. Après le trafic entre Ankara et Bagdad, revenons sur une information parue dans la presse la veille : "Des unités de gardes-frontières du ministère irakien de l'intérieur se sont déployées dans le district d'Amedi à Duhok. L'organisation terroriste PKK a réagi contre le gouvernement de Bagdad, déclarant que "le déploiement des troupes dans la région est un jeu de certaines forces". D'après ce que j'ai compris, il y aura d'autres développements sur cette question. Je continuerai à suivre le processus


UN AVERTISSEMENT IMPORTANT POUR L'INDUSTRIE TURQUE DE LA DÉFENSE


L'industrie turque de la défense s'est fortement développée ces dernières années. Il s'agit d'un processus qui a pris racine avec le mouvement technologique national. Le succès des drones turcs est évident. J'ai lu dans Yeni Şafak que nous possédons la troisième plus grande flotte de drones au monde, après les États-Unis et la Chine. Alors que nous applaudissions Bayraktar Kızılelma, nous avons vu Kaan dans le ciel. Pendant que nous l'examinions, le président Erdoğan a annoncé la construction d'un nouveau porte-avions (d'après ce que j'ai appris, des études d'ingénierie et de conception sont actuellement en cours. Cinq options de plates-formes de différentes longueurs sont envisagées. Ce qui est clair pour l'instant, c'est que ce navire sera plus long que le TCG Anadolu. Il utilisera des jets de nouvelle génération, dont le Kaan). Tout va bien, mais il y a un problème. Le succès de l'industrie de défense turque attire l'attention d'autres pays. Certaines capitales veulent attirer chez elles les ressources humaines qui ont contribué à ce succès et réaliser leur propre production. Le bruit court que de nombreuses personnes travaillant dans l'industrie de la défense, qu'elles soient publiques ou privées, se voient offrir des salaires généreux et dire "venez faire ce que vous savez faire ici". C'est un risque pour l'industrie turque de la défense. Des mesures s'imposent.

#USA
#PKK
#Russie
#Chine
#Moyen-Orient
#Turquie
#Türkiye
#Défense
#Yahya Bostan
2 ay önce
Les États-Unis ont-ils mis le PKK sur la table des négociations ?
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine
Surprise géopolitique: Comment les Etats-Unis, la Russie et Israël se sont-ils mis d’accord ?
L'essence et la racine de l’AK Parti
La vision universitaire du CHP est-elle aussi grande que celle de Tanju Özcan ?
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient