|
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient

La réponse de l'Iran à l'attaque de Damas en visant directement Israël représente une nouvelle phase dans la guerre régionale de longue date au Moyen-Orient. Avant l'attaque du week-end, ces pays étaient engagés dans une guerre par procuration "contrôlée", soit par l'intermédiaire de leurs alliés régionaux, soit par des opérations secrètes. L'attaque israélienne contre les généraux et les gardiens de la révolution iraniens en Syrie n'était qu'une continuation de cette guerre en cours. Toutefois, la décision de l'Iran de cibler directement Israël cette fois-ci créera inévitablement un nouvel équilibre en termes de dissuasion stratégique. Le fait que les États-Unis aient presque chorégraphié l'attaque par le biais d'un intense trafic diplomatique après que l'Iran a annoncé sa réponse à l'avance montre que Joe Biden ne voulait pas être entraîné dans une nouvelle guerre chaude au Moyen-Orient au cours de son année électorale. Toutefois, il est très difficile pour Washington de convaincre les deux parties de se contenter d'un conflit contrôlé, car nous entrons dans une nouvelle ère où l'équilibre stratégique au Moyen-Orient changera inévitablement et où les conflits se multiplieront.


"ISRAËL VICTIME"


Après le 7 octobre, le gouvernement Netanyahu, qui a tenté de nettoyer ethniquement Gaza en la rendant inhabitable, a commencé à ressentir la pression de l'administration Biden au cours des derniers mois. Même les sénateurs les plus pro-israéliens ayant appelé à des élections anticipées, Netanyahu a été mis en difficulté par les débats sur l'aide militaire conditionnelle à Israël. Il avait déjà tenté de forcer l'Amérique à s'engager dans une confrontation avec l'Iran en élargissant la guerre par des opérations contre le Hezbollah et les milices chiites dans la région, mais sans succès jusqu'à présent. Cependant, grâce à la réponse iranienne au ciblage du consulat iranien en Syrie, la pression américaine et occidentale sur Israël à propos de la guerre de Gaza a été soudainement relâchée. Il sera désormais beaucoup plus difficile de remettre en question le soutien à Israël, en particulier à Washington. Bien que Biden ait dit à Netanyahu qu'ils ne participeraient pas à une opération offensive contre l'Iran, il ne sera pas possible de conditionner l'aide militaire à Israël, qui est soudainement devenu une "victime" dans la politique américaine.


Ce qui a permis à Netanyahu de sortir un lapin de son chapeau, c'est le changement stratégique opéré par l'Iran, qui a choisi de répondre directement plutôt que par l'intermédiaire de mandataires. Ce choix risque de faire l'objet de nombreux débats dans les semaines et les mois à venir, avec toutes les conséquences qu'il entraînera. Pour l'Iran, qui avait déjà communiqué la gravité et le moment de l'attaque à l'autre partie par le biais d'un processus de négociation informel avec les États-Unis, il n'était pas sage de s'engager dans une guerre à grande échelle. L'attaque de l'Iran peut être décrite comme une opération de prestige visant à renforcer les limites de la dissuasion, plutôt qu'une tentative de faire payer un lourd tribut à Israël. Le fait que la plupart des 300 missiles et drones kamikazes aient été abattus par le Royaume-Uni, la Jordanie et l'Arabie saoudite sans pénétrer dans l'espace aérien israélien devrait être instructif pour l'Iran. Il est compréhensible que l'Iran veuille montrer qu'il peut atteindre Israël sans utiliser ses systèmes de missiles les plus avancés, mais il doit aussi avoir compris qu'en cas de guerre, les pays arabes de la région coopéreraient et se coordonneraient avec les États-Unis et, indirectement, avec Israël.


LE SOUTIEN DES "BLINDÉS DE FER" AMÉRICAINS


D'une part, l'attaque, qui a rapidement écarté Gaza de l'ordre du jour, a réitéré le soutien "blindé" des États-Unis à Israël et a conduit les pays européens à condamner l'Iran ; d'autre part, elle a clarifié le message de Joe Biden selon lequel il n'entrerait pas en guerre avec l'Iran. Netanyahu est habile à définir la menace iranienne comme une menace existentielle pour Israël et à convaincre les politiciens américains sur ce point. Netanyahu, qui a réussi à mettre Washington dans une situation extrêmement inconfortable sur la question de Gaza, sait que certains sénateurs et représentants du Congrès américain sont prêts à apporter toutes sortes de soutien lorsqu'il s'agit de l'Iran. Toutefois, il est difficile de savoir quelle sera l'efficacité de ce soutien si l'administration Biden insiste sur le fait qu'il ne s'agit que d'un soutien à des fins de défense. Israël attendra le moment opportun pour frapper l'Iran, et il ne peut le faire sans les armes américaines. En d'autres termes, l'administration Biden aura du mal à tracer une ligne claire entre les opérations de défense et les opérations offensives lorsque la spirale de la violence s'enclenchera dans la période à venir.


Biden tentera de mener deux politiques différentes en même temps : ne pas utiliser le soutien militaire à Israël pour déclencher une guerre avec l'Iran et améliorer la situation humanitaire à Gaza. Il ne sera pas surprenant que Biden, qui ne veut pas d'une nouvelle guerre au Moyen-Orient et souhaite se concentrer sur la Chine, tente de fermer toute voie vers une guerre avec l'Iran. Par conséquent, Biden, qui a conseillé à Netanyahu de prendre la "victoire" d'Israël (neutralisation de l'attaque iranienne) et de la mettre dans sa poche, essaiera également d'attirer les jeunes démocrates noirs et musulmans qui continueront à critiquer durement Israël dans leur pays. L'amélioration de la situation humanitaire à Gaza est également importante à cet égard.


Le fait que l'Iran soit intervenu peu après que Biden se soit rendu compte qu'il avait exagéré son soutien à Netanyahu montre que la dynamique des tensions régionales peut également influencer les élections américaines. À ce stade, l'attaque, que l'Iran avait prévenu à l'avance et dont la neutralisation ne l'a guère perturbé, apparaît comme un gain important pour Netanyahu. Une équation est apparue dans laquelle la pression des Etats-Unis et de l'Occident a soudainement été brisée et la réponse possible à l'Iran a déjà été légitimée. L'administration Biden, qui s'est efforcée d'éviter que l'attaque du week-end ne se transforme en une guerre incontrôlée, semble avoir évité ce danger pour le moment, mais la main de Netanyahu s'est également considérablement renforcée. Le fait que la guerre régionale entre l'Iran et Israël soit passée d'une guerre par procuration à une guerre directe indique que nous entrons dans une nouvelle ère beaucoup plus incertaine au Moyen-Orient, quelles que soient les préférences de l'Amérique.

#politique
#Moyen-Orient
#Iran
#Israël
#USA
#Biden
#Netanyahu
#Occident
#Kadir Üstün
il y a 1 mois
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient
La nouvelle réalité: Ne choisissez pas d'alternatives globales, infiltrez !
Nous avons accueilli un invité de Gaza...
Soutien à l’Ukraine, mais jusqu’où ?
Montrez-nous donc vos algorithmes !
Guerre et économie