|
Dans le Michigan, Biden confronté à la Palestine, Trump avertit sur le centre

Un message pro-palestinien clair a été donné à Biden lors des primaires organisées dans le Michigan, un État où les électeurs arabes et musulmans pourraient avoir un impact critique sur la course présidentielle de novembre 2024. Dans le Michigan, l'un des "swing states", Trump a battu Clinton de 11 000 voix en 2016. Lors des primaires du Parti démocrate qui se sont tenues mardi dernier, plus de 100 000 électeurs ont voté pour l'option "non affilié" contre Biden, ce qui constitue un avertissement critique pour le Président. La campagne "Leave Biden" lancée avant les élections primaires s'est avérée extrêmement efficace. Il s'est avéré que certaines déclarations de Biden à la presse, qui l'a senti avant l'élection, n'ont pas suffi à apaiser la réaction palestinienne au sein du parti. Jusqu'à présent, la réaction des jeunes, des Noirs et des musulmans au sein du parti à l'égard de Joe Biden a toujours été mesurée par des sondages, mais les résultats des élections primaires du Michigan indiquent que le changement dans le comportement électoral de ces segments, a un équivalent dans les urnes.


"JOE LE GÉNOCIDAIRE"


Il est depuis longtemps admis que le soutien inconditionnel de l'administration Biden à Israël pourrait avoir un coût politique au niveau national. Depuis son ralliement à Netanyahu, la défense répétée d'Israël à l'ONU, ses déclarations sur le génocide et la poursuite des livraisons d'armes sans tenir compte des violations des droits de l'Homme ont donné lieu à des protestations constantes lors de ses discours de campagne. Malgré la couverture médiatique des otages israéliens, l'administration Biden n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi elle n'a pas appelé à un cessez-le-feu. Les militants démocrates n'ont pas hésité à qualifier le président de "Joe le génocidaire", tandis que les électeurs arabes et musulmans ont déclaré qu'ils ne voteraient pas pour Biden s'il n'appelait pas à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel. Cette promesse de Biden, qui a déclaré qu'"ils travaillent à un cessez-le-feu et espèrent un accord d'ici la fin de la semaine" pour apaiser ce public, n'a pas suffi aux électeurs activistes du Michigan.


Les critiques à l'encontre de Biden ne sont pas restées dans l'arène politique, mais se sont également portées devant les tribunaux fédéraux. Un groupe d'avocats a poursuivi le président Biden, le secrétaire d'État Blinken et le secrétaire à la défense Austin pour "complicité de génocide". Le tribunal a refusé d'instruire l'affaire au motif qu'il n'était pas habilité à le faire, mais a accepté d'entendre les déclarations des plaignants. Dans la décision de la cour fédérale, le siège de Gaza est décrit comme un possible génocide et l'administration Biden est invitée à revoir "les conséquences de son engagement à aider Israël". Il semblait peu probable qu'un tel procès aboutisse en droit interne américain, mais les déclarations contenues dans la décision de rejet du tribunal indiquent à quel point l'opinion publique est favorable à l'idée qu'Israël commet un génocide avec le soutien des États-Unis.


L'INSISTANCE DE HALEY À RESTER DANS LA COURSE


Du côté de Trump, le fait que sa rivale Niki Haley ne se retire pas de la course, bien qu'elle soit presque certaine de ne pas remporter l'investiture du parti, suscite un certain malaise. Bien que Niki Haley ait obtenu près de 40 % des voix dans l'État de Caroline du Sud, dont elle était auparavant gouverneur, le fait qu'elle se soit contentée de 3 délégués contre 47 pour Trump a montré qu'elle n'avait aucune chance d'être désignée. L'annonce par Haley qu'elle ne se retirera pas tant qu'elle n'aura pas reçu les résultats des primaires dites "Super Mardi" qui se tiendront la semaine prochaine semble viser à montrer que le parti n'a pas complètement capitulé face à l'ancien président, même si elle ne sera pas en mesure de vaincre Trump. Le fait que Mme Haley, qui affirme poursuivre la course pour montrer aux électeurs qu'il existe une autre option que Trump, ait obtenu près de 300 000 voix dans le Michigan révèle que les républicains et les indépendants proches du centre n'adoptent pas Trump. Il ne semble pas possible pour Trump, qui a besoin des voix de ces groupes pour les élections de novembre, d'ignorer l'opposition de Haley.


Le retrait de Haley ne sera pas surprenant après les résultats du Super Mardi, mais la question principale sera de savoir quel soutien elle recevra. L'existence d'un public opposé à Trump et le fait que ces électeurs ne se rendront pas aux urnes si nécessaire peuvent constituer un handicap important pour les élections de novembre. Haley pourrait faire valoir qu'elle seule peut amener ce public du côté de Trump et remporter la vice-présidence. Si Trump perd les élections, elle préférera peut-être adopter une position du type "je vous l'avais bien dit". Quoi qu'il en soit, bien que la candidature de Trump soit presque certaine, la perception que tous les républicains ne sont pas derrière lui à l'approche des élections de novembre pourrait se répandre. Il ne suffira peut-être pas à Trump d'adopter des politiques "modérées" pour gagner le soutien des électeurs du centre, comme le montre son administration au cours de son premier mandat.


Après les élections du Michigan, nous pouvons dire que Biden et Trump ont tous deux eu du mal à obtenir le soutien de segments significatifs de leur propre électorat. Le fait que les deux candidats aient été présidents pendant un mandat fait que les électeurs les connaissent bien. En d'autres termes, la capacité de ces hommes politiques à proposer des politiques surprises qui changent la donne est limitée. Par conséquent, nous entrons dans une période de campagne au cours de laquelle les deux candidats passeront beaucoup de temps à convaincre et à mobiliser leurs électeurs naturels. Dans la lutte entre l'ancien président, qui doit briser la résistance du sentiment anti-Trump, et le président actuel, qui a gagné le surnom de "Joe le génocidaire", le message en provenance du Michigan est que la Palestine pour les démocrates et la politique modérée pour les républicains peuvent avoir un effet qui changera la donne lors des élections de novembre.

#politique
#USA
#Palestine
#Gaza
#Biden
#Trump
#Républicains
#Démocrates
#élection
#présidentielle
#Kadir Üstün
2 ay önce
Dans le Michigan, Biden confronté à la Palestine, Trump avertit sur le centre
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine
Surprise géopolitique: Comment les Etats-Unis, la Russie et Israël se sont-ils mis d’accord ?
L'essence et la racine de l’AK Parti
La vision universitaire du CHP est-elle aussi grande que celle de Tanju Özcan ?
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient