|
Le marchandage de l’Occident avec le diable
Ce n'est pas nouveau, l'objectif des
sionistes
qui dirigent Israël est de ne pas laisser un seul Palestinien dans les territoires occupés et sous blocus. C'est ce qu'Israël fait pas à pas, étape par étape, depuis 1948. Il ne fait aucun doute qu'Israël n'aurait pas été en mesure de le faire seul sans le soutien manifeste et secret des États-Unis et des gouvernements occidentaux. Pendant des décennies, Israël, soutenu par les États-Unis, a ignoré le soi-disant droit international. Les nouveaux nazis du 21e siècle hantent l'humanité en toute impunité. Les gouvernements occidentaux sont incapables de dire
"stop"
aux atrocités qui saignent la conscience de l'humanité, ils se contentent de marmonner quelque chose.

Récemment, les ministres des Affaires étrangères du
"G7", composé des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon et du Haut représentant de l'Union européenne
, ont publié une déclaration commune. Ils ont à nouveau divagué, parlé de la crise humanitaire et béni le droit d'Israël à l'"autodéfense". Au passage, ils ont réitéré leur prétendu engagement en faveur d'un État palestinien dans le cadre d'une solution à deux États. Mais ils n'ont même pas pu appeler à un
"cessez-le-feu permanent"
, alors que les bombardements israéliens visent entièrement des civils, principalement des enfants et des femmes.

Dans un article de l'écrivain juif
Yuval Abraham
, publié sur les sites web israéliens
"+972 Magazine" et "Local Call"
, il est indiqué qu'un système basé sur l'"intelligence artificielle" facilite les assassinats de masse. Les nazis-sionistes ont baptisé ce système
"Habsora"
, qui signifie "Bible" en hébreu, probablement pour exprimer leur gratitude envers leurs alliés occidentaux. Ce système, qui fonctionne comme une
"usine d'assassinats de masse"
, prédit la mort de centaines de civils à l'intérieur et autour des maisons ciblées. Selon les informations qu'Abraham a reçues de responsables des services de renseignement et de sécurité, l'armée israélienne autorise sciemment le massacre de Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des enfants. Les sources d'Abraham affirment que l'objectif principal des attaques est de toucher des civils.

Israël a tué plus de 15 000 personnes à Gaza, dont 70 % de femmes et d'enfants, et continue de le faire. Il n'y a pas de nord, de sud, d'est ou d'ouest, la cible, ce sont les millions de personnes qui vivent dans la prison à ciel ouvert de Gaza. Dans une déclaration,
le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, John Kirby
, a admis que trop de civils avaient été tués à Gaza.

Le 7 octobre, Kirby a fondu en larmes à l'écran pour les Israéliens tués dans les attaques du Hamas, déclarant :
"Ce sont des êtres humains, des membres de leur famille, des amis, des cousins, des frères et des sœurs"
. Ils se moquent littéralement du monde. Kirby a déclaré calmement à propos des plus de dix mille enfants et femmes tués à Gaza :
"Il est clair que des milliers de civils ont été tués. Des milliers d'autres ont été blessés... Nous ne sommes pas aveugles face à la crise humanitaire".

Un quartier a été pris d'assaut par des bandits, tuant tout le monde, enfants, vieillards et jeunes. Les commanditaires de ces bandits ont bloqué les routes menant au quartier afin que personne ne puisse intervenir ou aller les aider. Ce sont également eux qui mettent les armes utilisées pour les massacres entre les mains des bandits. C'est précisément le rôle joué par les partisans d'Israël à Gaza.


C'est pourquoi le journaliste juif américain antisioniste
Philip Weiss
se rebelle contre l'administration Biden. Le titre de l'article de Weiss sur le site web
"Mondoweiss"
du 29 novembre était "Biden est devenu 'Genocide Joe' grâce au lobby israélien". Weiss demandait :
"Pourquoi Biden est-il incapable de faire ce que toute personne honnête ferait, c'est-à-dire s'opposer à la destruction apocalyptique et aux massacres d'Israël à Gaza ?
Weiss a souligné que Biden, qui se préparait pour les élections de 2024, ne pouvait pas dire
"stop"
à Netanyahu et à Israël de peur de perdre le soutien financier du lobby israélien.

Morale de l'histoire : Dans le monde occidental, le
"contrat faustien"
, qui symbolise le sale marché entre l'homme et le diable, est très célèbre. Dans le résultat final du marchandage, qui consiste à
"vendre son âme au diable"
, ce que l'on gagne n'est rien comparé à ce que l'on perd. Les Américains, quant à eux, connaissent le marché du diable grâce au roman "Le diable
et Tom Walker"
de l'écrivain
Washington Irving
, décédé en 1859. Le pauvre Walker, qui a pactisé avec le diable, devient un usurier cruel et impitoyable, ainsi qu'un homme très riche mais extrêmement avare. Les jours passent vite. À l'expiration du pacte, le diable apparaît, jette Walker sur la selle de son cheval, fait claquer son fouet et disparaît. Tous ses biens sont réduits en cendres et il ne reste de Tom Walker qu'un grain de poussière.
#Gaza
#Israël
#génocide
#Abdullah Muradoğlu
il y a 3 mois
default-profile-img
Le marchandage de l’Occident avec le diable
Dans le Michigan, Biden confronté à la Palestine, Trump avertit sur le centre
Les États-Unis ont-ils mis le PKK sur la table des négociations ?
Coopérations avec la Somalie et la Libye: Le modèle turc en Afrique
Seulement 195 personnes ?
Les sanctions Navalny seront-elles efficaces ?