|
Des rapprochements sans valeur avec "l’Allié"
Le ministre grec de la défense, Nikos Dendias, a décrit les préoccupations de son pays en matière de sécurité : "En cas de situation tendue avec la Türkiye,
nous serons seuls
, malgré les accords de défense que nous avons signés avec la France et les États-Unis et la clause d'assistance mutuelle de l'Union européenne.
Nous ne devons pas nous faire d'illusions
sur notre avenir. Rien de tout cela n'assurera
la sécurité absolue de la Grèce
"...

Les inquiétudes du ministre grec sont sans aucun doute fondées sur un jeu interne, se nourrissant de la politique de "l'arrivée des Turcs" et négociant avec les États-Unis et la France dans le cadre de leur coopération en matière de défense. Sinon, il n'est pas réaliste de penser qu'Athènes se plaint de ces accords...


Mais il est également important de reconnaître qu'une raison importante de ces avertissements est le sentiment
d'"isolement"
. Comme l'expérience des "alliances à l'occidentale" est pleine d'histoires d'abandon par les "protecteurs" eux-mêmes, nous pouvons comprendre Athènes. En fait, cette peur insidieuse ronge de nombreux pays de l'Europe et de l'OTAN...

Le ministre Dendias commence son raisonnement par la Türkiye, sur la base de notre ancienne relation de voisinage/ennemi, mais... Par exemple, si un autre pays attaquait "dans des circonstances complètement différentes" et si l'intervention de Paris et de Washington nuisait à leurs intérêts, sauveraient-ils la Grèce ? Difficile à imaginer. Ce qui est clair, en revanche, c'est que
"l'état de méfiance à l'égard des alliés"
n'est pas propre à la Grèce...

L'ÈRE DE L'INSÉCURITÉ...


Dimanche dernier, le président Erdoğan a tenu les propos suivants lors du rassemblement de Sakarya : "... ni le droit international ne peut nous protéger contre nos ennemis,
ni les alliances auxquelles nous appartenons
, ni les Nations unies, dont l'impuissance est désormais reconnue par tous. La seule chose qui nous protégera contre nos ennemis, c'est notre poignet, notre propre force, nos propres moyens et capacités. Sinon, ils ne nous laisseront même pas respirer dans cette géographie"...

La Türkiye a beaucoup d'histoires avec ses alliés. Tout le monde le sait, n'y revenons pas, mais notons que les expressions de méfiance de Dendias et du Président ont été faites sous le titre de "l'autodéfense", c'est-à-dire une industrie de la défense autosuffisante, indépendante et productive...


La raison de cette épidémie de méfiance est encore une fois le type de pensée/conditionnement occidental. En dessous, il y a la doctrine "il n'y a que des intérêts", qui est célébrée tous les jours...


POURQUOI ACHETONS-NOUS ENCORE DES ARMES ?...


Néanmoins, les deux pays poursuivent leur coopération en matière de défense avec leurs "alliés", en particulier les États-Unis. Récemment encore, la question des F-16 était à l'ordre du jour de la Türkiye. La Grèce, quant à elle, demande l'aide de ses alliés en nous montrant du doigt. Ces pays ont également apporté une grande aide à la Grèce en fonction de
la géopolitique de la région et de leur vision de la Türkiye...

A l'heure actuelle, les relations entre Ankara et Athènes sont plus modérées. Les questions fondamentales n'ont pas été résolues, mais personne ne s'attend à une guerre gréco-turque demain matin...


D'autre part, on a l'impression que la Türkiye, après une série de développements, est entrée dans une période de calme dans ses relations avec l'Occident, en particulier avec les États-Unis, et que
cela a créé un terrain propice à la résolution d'"autres" problèmes...

En est-il vraiment ainsi ?


LES F-35 SONT MORTS, LES S-400 SONT VIVANTS...


Je vous rappelle rapidement l'approbation de l'adhésion de la Suède à l'OTAN, l'ouverture de la porte aux F-16 au Congrès américain, une série de déclarations mutuelles de bonne volonté, la poussière rose soulevée par un article publié par l'ambassadeur américain, la signature simultanée de la Grèce et de la Türkiye au projet "Bouclier céleste européen" mené par l'Allemagne, et enfin l'information selon laquelle une usine sera créée au Texas, aux États-Unis, avec des entreprises turques pour produire des munitions...


Ce flux semble avoir revitalisé les prières basées sur l'espoir et les souhaits pour les relations turco-américaines. Tant à l'intérieur qu'à l'extérieur...


Au cours du week-end, RFI (Radio France Internationale) a publié une analyse intitulée
"La Türkiye abandonnera-t-elle les missiles russes pour les jets militaires américains ?"
; "Les États-Unis ont proposé de vendre des avions de combat F-35 si la Türkiye renonce à ses missiles S-400.
La vente d'avions de combat F-35 remet de plus en plus en question le sort des missiles russes S-400 achetés par la Türkiye"...

Compte tenu de la sérendipité des relations entre Paris et Ankara, on pourrait considérer ce genre de nouvelle comme normale. Cependant, de nombreux esprits en Türkiye et aux Etats-Unis polissent ce point de vue...


Sans plus attendre, sa réponse est la suivante :
"Nous sommes bloqués sur le F-16 plutôt que sur le F-35.
Notre plan et notre programme actuels sont bloqués sur le F-16 plutôt que sur le F-35. Lors de nos réunions avec les Américains, nous avons davantage parlé des mesures que nous pouvons prendre pour les F-16"...

La déclaration du président lundi montre que
les F-35 sont toujours considérés comme morts par la Türkiye
et, par extension, que
le statut des S-400 n'a pas changé
. De plus, à la veille de la visite de Poutine...

CONCLUSION


La tendance à croire que des échanges fondés sur l'intérêt simple ou affiché feront sauter les verrous lourds des relations turco-américaines, fortement enlisées, conduit à des déceptions d'autant plus grandes qu'elles sont gonflées à l'excès et applaudies....


Depuis le tout début, la Türkiye ne s'est jamais opposée à des relations équitables, non discriminatoires, justes, non suspicieuses et égales avec quelque pays que ce soit.
Cependant, ce n’est pas encore le cas. Des changements spectaculaires dans la conjoncture, la cessation du soutien au PKK/YPG et même le retrait de la région, des mesures satisfaisantes sur la question de FETÖ, la confrontation avec les actes répréhensibles... Quand tout cela sera fait, et encore peut-être. En même temps qu’il n'y a pas eu de changement, Ankara considère désormais les Etats-Unis comme coupables du génocide commis par Israël !

Et n'oublions pas qu'il y a une élection présidentielle dans ce pays dans 8 mois. On ne sait pas très bien qui viendra et qui restera. Tout le monde attend. Ankara prendrait-elle une mesure critique avant que le résultat de cette élection ne soit connu, fort improbable !

#politique
#Grèce
#USA
#F-35
#S-400
#Turquie
#Türkiye
#Nedret Ersanel
2 ay önce
Des rapprochements sans valeur avec "l’Allié"
Que faire ?
Et si nous regardions les islamistes du point de vue de la sagesse ?
Des yeux menteurs !
Analyse de l'individu, des ONG et de la politique à travers deux attaques planifiées
Marque humaine: Les faux pacifistes et ceux qui enflamment le tout avec l'argent