|
Les sanctions Navalny seront-elles efficaces ?

L'administration Biden a annoncé cinq cents nouvelles sanctions contre la Russie à la suite de la mort du leader de l'opposition russe Navalny. La nouvelle de la mort (ou de l'assassinat) de Navalny en prison, qui a coïncidé avec le deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine, a été annoncée alors que le Congrès américain n'a pas réussi à adopter un programme d'aide de 60 milliards de dollars pour l'Ukraine. Le président Biden a rencontré la femme et la fille de Navalny et a tenu des propos très durs, accusant le président russe Poutine d'être responsable de la mort de Navalny. Biden avait auparavant menacé la Russie de lui faire payer un lourd tribut si quelque chose arrivait à Navalny. Le fait que Biden, qui s'apprête à rendre des comptes en annonçant de nouvelles sanctions, reste à l'écart de l'option consistant à saisir les 300 milliards de dollars de la Russie dans les banques occidentales, indique qu'il n'est pas prêt, à ce stade, à une confrontation de grande ampleur avec Poutine.


L'avenir nous dira quelle sera l'efficacité du nouveau train de sanctions annoncé par Joe Biden en réponse à la pression politique croissante en faveur d'une réaction sévère à la mort de Navalny. Il est clair que les sanctions prises jusqu'à présent, bien qu'elles aient infligé de lourdes pertes financières à la Russie, n'ont pas réussi à contraindre Poutine à faire marche arrière sur l'Ukraine. Il n'est pas réaliste de penser que les nouvelles sanctions produiront un résultat différent. Le suivi et l'application des sanctions prennent beaucoup de temps et ne signifient pas grand-chose pour les entreprises et les particuliers qui ne font pas d'affaires en Occident. Bien qu'il soit théoriquement possible de ramener Moscou à la raison par des menaces et des sanctions, cela ne suffit manifestement pas à convaincre Poutine de mettre fin à la guerre en Ukraine. Cela fait longtemps que l'administration Biden montre le bâton sans montrer la carotte, mais on ne peut pas dire qu'elle soit courageuse en choisissant le bâton.


ÉQUATION ÉNERGÉTIQUE


L'administration Biden hésite à prendre certaines mesures critiques qui porteraient réellement atteinte à la Russie. Même si les sanctions annoncées jusqu'à présent à l'encontre d'un total d'environ deux mille organisations et individus sont effectivement contrôlées et mises en œuvre, il est difficile d'acculer la Russie, qui peut continuer à vendre du pétrole à de nombreux pays tels que la Chine et l'Iran. L'Union européenne et les États-Unis n'achètent pas de pétrole à la Russie et, au lieu d'empêcher d'autres pays d'acheter du pétrole à la Russie, ils ont fixé une limite supérieure de 60 dollars par baril. Ils ont ainsi voulu limiter l'influence de la Russie sur les marchés mondiaux de l'énergie en la forçant à vendre le pétrole à un prix proche de son coût. Dans le cas contraire, une crise énergétique mondiale aurait pu déclencher une nouvelle crise économique mondiale. Dans un contexte de crise alimentaire mondiale, de problèmes de chaîne d'approvisionnement et d'inflation élevée, Joe Biden ne pouvait tolérer la prolongation de la crise énergétique.


À un moment où la crise énergétique a poussé les prix de l'essence à des niveaux record, l'influence des masses opposées à la production d'hydrocarbures aux États-Unis a empêché l'administration d'augmenter la production de pétrole et de gaz. Dans le contexte de la sensibilité des démocrates au changement climatique, Joe Biden s'est abstenu d'accorder de nouveaux permis d'exploitation de gisements pétroliers. Les États-Unis auraient pu prévenir la crise énergétique mondiale dans une certaine mesure s'ils avaient supprimé les obstacles environnementaux à la production de pétrole et de gaz, comme ils l'ont fait sous Trump. Comme ils ne pouvaient pas prendre ce risque, ils ont dû permettre à la Russie de rester sur les marchés de l'énergie. En tout état de cause, ils n'ont pas le pouvoir d'exclure complètement la Russie des marchés de l'énergie, car des pays comme la Chine, l'Inde et l'Iran n'auraient de toute façon pas permis à la Russie d'être bloquée de la sorte.


SAISIR 300 MILLIARDS DE DOLLARS


Biden, qui a dirigé le soutien occidental à l'Ukraine avec le slogan "aider jusqu'au bout", est maintenant presque arrivé au point où la mer s'est épuisée. Le Sénat a approuvé un nouveau programme d'aide, mais le chef de file de la Chambre des représentants, Mike Johnson, sous l'influence de Trump, n'est pas disposé à inscrire l'aide à l'Ukraine à l'ordre du jour. Il semble difficile pour Biden de trouver une formule et de convaincre les Républicains, car Trump ne voudra pas lui donner une victoire politique sur cette question. Dans cette équation, qui affaiblit la capacité de Biden à faire pression sur la Russie, la question de la saisie des 300 milliards de dollars de la Russie en Occident pourrait revenir sur le devant de la scène. Biden craint qu'une telle mesure ne déclenche une fuite du dollar et qu'un autre outil de pression contre la Russie ne lui soit retiré. Mais il est également clair qu'il doit aller au-delà des sanctions inefficaces pour attirer l'attention de Moscou.


Tout ceci révèle une fois de plus que l'administration Biden n'a pas de stratégie pour mettre fin à la guerre. Les sanctions et les efforts visant à isoler la Russie ne peuvent fonctionner sans le soutien de pays comme la Chine et l'Inde. La confiscation de l'argent russe en Occident pourrait aliéner davantage ces puissances de l'Occident, car cela enverrait le message que de tels investissements ne sont pas sûrs en Occident. Ceux qui proposent que ces fonds soient utilisés pour la résistance et la reconstruction de l'Ukraine font valoir que les bases juridiques de la confiscation de ces fonds ont été créées par la tentative d'invasion et la guerre de la Russie. L'administration Biden ne semble toutefois pas près de prendre cette mesure. Peut-être veut-elle garder cet argument comme une carte maîtresse dans une phase ultérieure ou dans d'éventuelles négociations. Cependant, les événements de ces deux dernières années nous ont montré qu'il n'est pas possible de mettre fin à la guerre uniquement en faisant pression sur la Russie sans un plan de paix réaliste. Dans ce contexte, nous pouvons dire que les sanctions Navalny de Biden sont conçues pour envoyer un message indiquant que la pression sur la Russie a été augmentée, mais il est très peu probable qu'elles aient un impact critique sur la fin de la guerre.

#politique
#USA
#Biden
#Russie
#Navalny
#Kadir Üstün
2 ay önce
Les sanctions Navalny seront-elles efficaces ?
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine
Surprise géopolitique: Comment les Etats-Unis, la Russie et Israël se sont-ils mis d’accord ?
L'essence et la racine de l’AK Parti
La vision universitaire du CHP est-elle aussi grande que celle de Tanju Özcan ?
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient