|
Préoccupations en matière de droits de l'Homme ou intolérance envers la Türkiye ?

Au Parlement néerlandais, la motion soumise par D66, le Parti vert de gauche et du travail, demandant la libération d'Osman Kavala et de Selahattin Demirtaş, emprisonnés en Türkiye, a été acceptée. La motion a été acceptée avec le soutien de tous les partis, à l'exception du parti DENK, lors du vote qui s'est tenu le 15 février 2024...


Les tensions politiques anti-Türkiye atteignent des niveaux dangereux dans tous les pays européens comme les Pays-Bas. Si ce vote avait eu lieu au Parlement français, belge ou allemand, le résultat aurait été le même. C'est comme si tous les partis politiques, les syndicats, les médias et les parlements ne pensent pas, ne cherchent pas lorsqu’il s’agit de la Türkiye et agissent de manière automatique. Ces comportements automatisés sont aujourd'hui remis en question. On se demande si leur opposition à la Türkiye est fondée sur les droits de l'Homme et les libertés. On se demande si un chantage économique et politique est exercé par l'intermédiaire de ces affaires judiciaires. L'impartialité et l'objectivité des démocraties européennes sont remises en question.


On se demande s'il n'y a pas un effort pour mettre la Türkiye dans le pas avec ces décisions parlementaires. En bref, ces évènements alimentent les débats autour de l'Europe en Türkiye.


Y a-t-il eu une motion au parlement néerlandais pour condamner le génocide israélien alors que l'enfer se déchaîne à Gaza au nom de l'humanité ?


Bien sûr que non, ils ne peuvent pas. Malheureusement, le monde en est arrivé là. C'est une lutte de pouvoir, les droits de l'Homme sont la sauce.


Je voudrais attirer l'attention sur un autre aspect de cette affaire.


Quel type de menace et de danger le sentiment anti-Türkiye croissant et sans frontières représente-t-il pour les Turcs européens ?


Les Turcs européens et les associations représentant les Turcs ont déjà commencé à ressentir les conséquences de ce conflit. La pression exercée sur eux augmente et se diversifie de jour en jour.


Les choses ne vont pas dans le bon sens. Ni l'opposition aveugle de l'Europe à la Türkiye, ni le marchandage avec la Türkiye à travers certains noms et certaines organisations. Ce n'est pas non plus la voie à suivre que de faire pression sur les Turcs européens, qui sont des citoyens européens riches d'un demi-siècle d'histoire, à propos de ce conflit.


Il est temps de parler de bon sens et de sens commun.

#politique
#Europe
#Turquie
#Türkiye
#Osman Kavala
#droits de l'Homme
#Selahattin Demirtaş
#Ali Gedikoglu
il y a 2 mois
Préoccupations en matière de droits de l'Homme ou intolérance envers la Türkiye ?
La tragédie nommée "Israël" de la politique américaine
Surprise géopolitique: Comment les Etats-Unis, la Russie et Israël se sont-ils mis d’accord ?
L'essence et la racine de l’AK Parti
La vision universitaire du CHP est-elle aussi grande que celle de Tanju Özcan ?
Nouvelle étape de la guerre régionale au Moyen-Orient